À l’Assemblée nationale, ce jeudi, sera débattue l'idée d'un référendum d'initiative citoyenne (RIC). Cette proposition de loi est portée par les Insoumis et notamment François Ruffin qui a salué l'un de ses inspirateurs : Étienne Chouard, un professeur blogueur devenu icône des gilets jaunes. Portrait.

Etienne Chouard, l'un des théoriciens du RIC (référendum d'initiative citoyenne), le 20 février 2019
Etienne Chouard, l'un des théoriciens du RIC (référendum d'initiative citoyenne), le 20 février 2019 © Radio France / Maxence Lambrecq

À 62 ans, Étienne Chouard détonne dans le paysage politique. Il est inclassable. Un jour, soutien de Jean-Luc Mélenchon. Le lendemain, pour les européennes, électeur de François Asselineau, le promoteur du Frexit. Il s'affiche ouvertement "complotiste".

"Oui, je suis un complotiste. Comme tout citoyen digne de ce nom, je suis vigilant et donc je me méfie des complots des puissants du moment."

Depuis près de 15 ans, Étienne Chouard plaide pour ce referendum d'initiative citoyenne qui permettrait de voter des lois, d'en abroger d'autres, de révoquer les élus et de maîtriser la rédaction de la Constitution. Le texte des Insoumis lui plaît, mais il ne se fait guère d'illusion : il n'a aucun chance d'être adopté.

"On sait bien que la majorité ne le votera jamais. La majorité est composée de voleurs de pouvoir qui préfèrent, je pense, mourir que de nous donner une parcelle de pouvoir."

Ce professeur de droit et d'économie dans un lycée de Marseille s'était déjà fait connaître sur Internet en 2005, en prônant le "non" au référendum européen. Depuis, il est devenu l'un des théoriciens des gilets jaunes, en se rapprochant notamment de Maxime Nicolle.

L'élection, un "piège à cons"

Il vient de publier aux éditions Max Milo, un livre intitulé "Notre cause commune" où il développe toutes ses théories. Il y fait le procès de l'élection, qui est selon lui "un piège à cons", qui "infantilise les citoyens", et "porte au pouvoir les pires".

L’avocat du RIC parcourt en ce moment la France, et ses ronds-points pour y proposer des "ateliers constituants". Il part du principe qu'il faut dialoguer avec tout le monde, et notamment avec les racistes et les extrémistes, pour les comprendre et les combattre. Pendant un temps, Étienne Chouard discutait avec Alain Soral, un idéologue condamné pour antisémitisme et appel à la haine raciale.

"Pourquoi se fixer sur les gens d'extrême-droite ? Je discute aussi avec des gens d'extrême-gauche, des staliniens... Je ne deviens pas royaliste parce que j'ai parlé avec un royaliste, je parle avec tout le monde !"

Des fréquentations qui ne plaisent pas à tous les Insoumis. Certains amis de Jean-Luc Mélenchon n'ont pas du tout apprécié que François Ruffin en fasse un modèle. Ils jugent Étienne Chouard "beaucoup trop sulfureux".

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.