Un quart des 18-24 ans aurait voté pour Europe Écologie - les Verts aux élections européennes de ce dimanche, auquel s'ajoutent 28% des 25-34 ans. Aux précédentes élections, les jeunes s'étaient plutôt tourné vers le Rassemblement national, la France insoumise ou la République en marche.

Les bons scores des écologistes font écho à la mobilisation, depuis plusieurs semaines, des jeunes pour le climat, comme ici à Paris, le 15 mars 2019.
Les bons scores des écologistes font écho à la mobilisation, depuis plusieurs semaines, des jeunes pour le climat, comme ici à Paris, le 15 mars 2019. © AFP / Valentin Belleville / Hans Lucas

Ce n'est pas anodin si Yannick Jadot a félicité, ce dimanche soir, la mobilisation électorale des jeunes qui, selon lui, se sont "emparés du scrutin". D'après les estimations de notre partenaire Ipsos / Sopra Sterria, les 18-34 ans, pour ces élections européennes, ont d'abord voté pour la liste Europe Écologie - les Verts, arrivée troisième du scrutin derrière celle du Rassemblement national et celle réunissant la République en marche et le MoDem.

D'après ce sondage, réalisé avant le vote de ce dimanche, 25 % des 18-24 ans ont donné leur voix à la liste conduite par Yannick Jadot, une proportion encore plus importante chez les 25-34 ans (28 %). Le Rassemblement national, le deuxième partie qui attire le plus les jeunes, est dix points derrière chez les 18-24 ans, huit points derrière chez les 25-34 ans.

Ces chiffres, comme toujours avec les sondages, sont à prendre avec des pincettes. Une étude ELABE réalisée par Internet le jour du vote semble diriger le vote des des jeunes vers la République en marche et le Rassemblement national.

Quoiqu'il en soit, ce vote des jeunes en faveur des écologistes semble assez récent. Au premier tour de l'élection présidentielle de 2017, les 18-24 ans avaient voté en priorité pour Jean-Luc Mélenchon (30 %) et Marine Le Pen (21 %), selon l'institut Ipsos - Sopra Sterria, quand les 25-34 ans avaient privilégié Emmanuel Macron (28 %). En 2017, Yannick Jadot avait fait les choix de se ranger derrière Benoît Hamon, alors candidat avec l'étiquette PS. 

Aux premier tour des élections législatives, là aussi, EELV n'avait pas réalisé un bon score auprès des jeunes, qui s'étaient tournés prioritairement vers la République en Marche. Pour les européennes de 2014, c'est le Front National qui avait à l'époque fait un carton auprès des 18-34 ans, selon les estimations de l'institut Opinionway.

"Génération climat"

Il n'y a pas qu'en France que les jeunes se sont mobilisés en faveur des candidats écologistes pour ces élections européennes. En Allemagne, les Verts arrivent devant les conservateurs chez les 18-44 ans. Des bons scores des deux côtés du Rhin, après plusieurs semaines de mobilisation, partout en Europe, des jeunes pour le climat, à l'appel de la suédoise Greta Thunberg. "Avec la mobilisation pour le climat, on a réussi à construire une 'génération climat' qui a bien compris que la que l'écologie et la question sociale étaient liées", estime Eliot Lepers, président du mouvement de jeunes "On est prêts", qui estime que la "bataille culturelle" chère aux écologistes a été gagnée chez beaucoup de jeunes.

La mobilisation des jeunes en faveur d'EELV en France se couple d'une participation plus élevée qu'au dernier scrutin, même si l'abstention reste forte :  39 % des 18-24 ans se sont déplacés pour ces élections européennes, et 40 % des 25-34 ans, selon l'enquête d'Ipsos - Sopra Steria, soit dix points de moins que la moyenne nationale. Selon le même institut, les 18-34 ans étaient 27 % à s'exprimer aux élections européennes de 2014.

[Mise à jour 28/05/19 : ajout d'une étude ELABE dirigeant le vote des jeunes vers d'autres partis qu'EELV]

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.