200 militants ont participé, ce vendredi à Brest, à une réunion publique autour de Nathalie Loiseau, attaquée par les autres candidats aux élections européennes pour sa présence, il y a 25 ans, sur une liste étudiante d'extrême droite.

La tête de liste Nathalie Loiseau reconnaît avoir fait, étudiante, une "connerie" en rejoignant une liste sans se renseigner sur ses colistiers.
La tête de liste Nathalie Loiseau reconnaît avoir fait, étudiante, une "connerie" en rejoignant une liste sans se renseigner sur ses colistiers. © Maxppp / IAN LANGSDON

Nathalie Loiseau n'a pas passé une très bonne semaine. Elle "a commencé sous les crachats", note la tête de liste de la République en marche (LREM) pour les élections européennes en ouverture de son intervention, lors de la réunion publique qui s'est tenue ce vendredi soir tout près de Brest (Finistère), au Parc des expositions de Penfeld. Une référence à ce qu'elle affirme être une "erreur de jeunesse" : sa présence sur une liste étudiante d'extrême droite lorsqu'elle était à Sciences Po.

Nathalie Loiseau le redit à France Inter : "C'est une manipulation, je n'ai jamais été d'extrême droite. Je n'ai pas milité, j'ai participé à une liste pour faire plaisir à un copain qui était gaulliste comme moi et qui m'a dit qu'on cherchait des filles pour terminer la liste. Je n'ai pas regardé les autres colistiers, j'ai eu tort. Vous avez sûrement fait des conneries à vingt ans, et bien voilà : moi j'en ai fait une."

"25 ans après"

"Si elle dit qu'elle n'était pas au courant, il faut la croire et respecter sa parole", affirme Chantal, une marcheuse de la première heure, venue d’Île-et-Vilaine. Dans la salle, les 200 militants présents sont sur la même ligne et plaident, comme la candidate, la bonne foi. Et puis une erreur de jeunesse, après tout, c'est vrai que cela peut arriver à tout le monde, selon Florian : "Moi j'étais dans une association qui faisait partie de la FAGE, donc plutôt à gauche. Mais après on évolue, ce n’est pas quelque chose qu’on peut nous reprocher 25 ans après."

La tête de liste Nathalie Loiseau lors d'une réunion publique à Brest, le 26 avril 2019.
La tête de liste Nathalie Loiseau lors d'une réunion publique à Brest, le 26 avril 2019. © Radio France / Thomas Schonheere

Le président de l'Assemblée nationale, Richard Ferrand, présent à Brest pour soutenir Nathalie Loiseau et la liste Renaissance, estime, lui, qu'on en fait "beaucoup avec peu"

La France entière s'en fout et elle a raison de s'en foutre. Ça n'a aucune importance rapporté à ce qui a été l'engagement de toute une vie

Question plus délicate : comment Nathalie Loiseau pouvait-elle ne pas être au courant ? Un militant de 31 ans ne se hasarde pas à répondre et bredouille un "je ne sais pas". Laurent, lui, croit ceux qui disent que les leaders de la liste ne se vantaient pas d'être d'extrême droite : "Ils se cachaient. Une fois avec des amis, il m'a fallu plusieurs jours pour me rendre compte qu'ils étaient d'extrême droite." Nathalie Loiseau ayant nié dans un premier temps auprès de Mediapart, Chantal reconnaît tout de même un "problème de communication" : "Il fallait peut être le reconnaître."

"Encore plus envie de gagner"

Au-delà de leur conviction personnelle, beaucoup de militants trouvent ça un peu "facile" de ressortir des casseroles, 25 ans plus tard. "On voit ce qui est devant, on ne regarde pas en arrière", affirme Danilla, aide-soignante. Devant ses partisans, lors de son intervention, Nathalie Loiseau ne dit pas autre chose : "On est attaqués parce qu'on dérange, aussi peut-être parce qu'on est en tête (...) Mais ça me donne encore plus envie de gagner !"

Pour sortir une fois pour toute de la polémique, les militants LREM aimeraient enfin parler d'Europe. Pas si simple : entre les gilets jaunes, le grand débat national et la conférence de presse d'Emmanuel Macron, "personne ne veut parler de l'Europe", se désole Yvon. "Alors qu'on a des choses à dire et à expliquer", ajoute-t-il. Ce vendredi, Nathalie Loiseau a répondu aux questions des militants sur le Brexit, les institutions européennes, la transition écologique ou encore la place de la finance. Le programme complet de la liste sera dévoilé le 9 mai.

La liste Renaissance a également prévu 400 réunions publiques d'ici le 26 mai, date des élections européennes. Richard Ferrand se veut confiant : "Nathalie Loiseau a un ton très pédagogique et convaincant. Au fur et à mesure, on va se rendre compte que c'est une tête de liste de très grande qualité."

Pour aller plus loin

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.