[scald=66939:sdl_editor_representation]PARIS (Reuters) - "Je ne me trompe pas d'ennemi", a assuré mercredi Eva Joly, qui ne ménage pas ses critiques contre le candidat socialiste à l'élection présidentielle, François Hollande.

Choquée par l'amendement confus de l'accord électoral entre le Parti socialiste et Europe Ecologie-Les Verts (EELV) sur l'avenir de la filière nucléaire en France, la candidate écologiste accuse les socialistes d'avoir cédé au lobbying du groupe Areva et "d'être du bois dont on fait les marionnettes".

Ses attaques embarrassent la direction d'EELV et irritent le PS, où des voix accusent Eva Joly de faire le jeu du président sortant Nicolas Sarkozy.

"Je ne me trompe pas d'ennemi. Mon objectif est de battre Nicolas Sarkozy parce que je pense que le pays ne supporterait pas un deuxième mandat de Nicolas Sarkozy qui creuse les inégalités et oppose les Français les uns aux autres", a affirmé l'ex-magistrate sur RTL.

"Je suis très consciente que nous sommes dans le même bateau avec les socialistes", a-t-elle souligné.

Eva Joly a toutefois refusé de répondre à la question de savoir si elle appellerait à voter pour François Hollande au second tour de l'élection présidentielle, si tel est le scénario.

Sophie Louet

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.