[scald=92239:sdl_editor_representation]PARIS (Reuters) - La candidate écologiste Eva Joly, en berne dans les sondages, a tenté samedi de relancer sa campagne présidentielle en présentant son "projet de réconciliation", en prélude à son premier grand meeting à Roubaix (Nord).

La candidate d'Europe Ecologie-Les Verts (EELV) dit vouloir "réconcilier les Français entre eux" après le "quinquennat de division" effectué, selon elle, par Nicolas Sarkozy.

Le rendez-vous de Roubaix est crucial pour l'eurodéputée, tombée entre 2% et 3% dans les sondages, un score qui sème le trouble dans son parti.

"Je ne fais pas campagne le nez sur les sondages, le seul qui compte c'est celui du 22 avril", a répété Eva Joly lors d'une rencontre avec des habitants de Roubaix symbolisant "l'esprit de résistance."

Dans son projet d'une centaine de mesures, l'ancienne juge d'instruction reprend l'essentiel du projet d'EELV en faveur "d'une transition écologique préparant le monde de demain" et apporte sa touche personnelle sur une "République exemplaire".

Parmi les mesures phares, figurent la création d'un million d'emplois à l'horizon 2020 notamment par l'économie verte, la sortie du nucléaire en 20 ans avec le développement massif des énergies renouvelables et une taxe carbone avec un "chèque vert" pour les moins favorisés.

Sur le logement, Eva Joly place la barre très haut avec 500.000 constructions neuves par an et un million de logements rénovés "basse consommation d'énergie" d'ici à 2020. Elle propose également un moratoire de trois ans sur les augmentations de loyer.

En matière d'imposition, la candidate d'EELV prône la création de deux nouvelles tranches d'imposition (60% au-delà de 100.000 euros annuels).

Ce projet fiscal va plus loin que celui du candidat socialiste François Hollande dans la taxation des plus aisés.

La candidate EELV se démarque en outre du candidat du Parti socialiste avec lequel les Verts ont conclu un accord en vu des législatives de juin, en prônant notamment le remplacement du quotient familial par un crédit d'impôt forfaitaire.

Elle propose aussi la retraite à 60 ans sans décote, un revenu minimum pour les jeunes, une tarification progressive de l'électricité, l'augmentation de 50% de tous les minima sociaux pendant le quinquennat.

Concernant sa "République exemplaire", Eva Joly promet l'établissement d'un "vrai régime parlementaire" comme dans les autres pays de l'Union européenne, avec la généralisation de la proportionnelle et une parité effective.

Elle entend faire en sorte que les questions migratoires ne dépendent plus du ministère de l'Intérieur et "mettre fin à l'arbitraire" sur les sans-papiers avec des critères objectifs de régularisation.

Gérard Bon, édité par Jean-Philippe Lefief

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.