Les enquêteurs ont les preuves que les costumes de François Fillon à 13 000 euros lui ont été offerts par Robert Bourgi, pilier des réseaux de la Françafrique.

Robert Bourgi, figure de la Françafrique, aurait offert pour 13 000 euros de costumes à François Fillon
Robert Bourgi, figure de la Françafrique, aurait offert pour 13 000 euros de costumes à François Fillon © AFP / JOHANNA LEGUERRE

Une perquisition chez le tailleur parisien Arnys a permis aux enquêteurs d'obtenir la confirmation que Robert Bourgi, avocat, est bien "l'ami" de François Fillon qui lui a offert pour 13 000 euros de costumes sur mesure en décembre 2016, quelques jours après sa victoire lors de la primaire de la droite. Une information confirmée de source judiciaire.

Les enquêteurs vont devoir déterminer à présent si ces cadeaux ont été faits à titre privé (comme l'affirme François Fillon) ou s’ils sont en lien avec le mandat de député de François Fillon. Un député doit en effet déclarer au déontologue de l'Assemblée nationale « tout don ou avantage d’une valeur supérieure à 150 euros dont il a bénéficié en lien avec son mandat ». Le parquet national financier (PNF) a délivré aux juges d'instruction chargés de l'enquête sur la famille Fillon un réquisitoire supplétif contre X pour "trafic d’influence".

François Fillon est déjà mis en examen pour détournement de fonds publics notamment, dans l'enquête sur les emplois présumés fictifs dont son épouse et deux de ses enfants auraient bénéficié. Le "trafic d'influence" ne figurait pas au nombre des chefs retenus.

Qui est Robert Bourgi ?

Avocat d'origine libanaise, Robert Bourgi est né au Sénégal. Son père était un proche de Jacques Foccart, le Monsieur Afrique de Pompidou et de Gaulle, celui qui a su user (et abuser) de mercenaires en toute illégalité dans les pays africains.

Parmi les proches de Bourgi : l'ancien président gabonais Omar Bongo (avec qui il s'est fâché depuis), l'ancien président sénégalais Abdoulaye Wade et le président congolais Denis Sassou-Nguesso.

Antoine Glaser, journaliste spécialiste de l'Afrique dépeint le rôle de Robert Bourgi : "c'est un émissaire du Président gabonais Omar Bongo. Il était un peu le porte-parole des humeurs de ce président qui pendant des années alimentait les caisses des partis politique en France. il a été pendant toute une période une sorte de missi dominici. Quand les chefs d'états africains se demandent qui va rentrer à l'Elysée ils aiment bien savoir influencer et Robert Bourgi voulait être le monsieur afrique de François Fillon".

Comme on dit en Afrique, c'était une façon de 'cadoter' l'ami Fillon de la part d'un franco-africain

En 2007, Robert Bourgi se voit remettre les insignes de Chevalier de la Légion d'honneur par Nicolas Sarkozy, qu'il conseille lors de son mandat présidentiel entre 2007 et 2012.

En novembre 2013, il contribue à l’organisation du voyage de François Fillon au Sénégal, puis en Côte d’Ivoire, où il entretient les meilleures relations. Il aurait également tenté, en vain, de réconcilier François Fillon et Nicolas Sarkozy.

Porteur de valises assumé

En 2011, Robert Bourgi a reconnu qu'il avait transporté des valises remplies d'argent en provenance de chefs d'Etats africains, au profit de Jacques Chirac et de Dominique de Villepin. L'enquête à la suite de ses propos a été classée sans suite par le parquet de Paris faute de preuves.

Bourgi retourne sa veste pour 2017

Tout d'abord soutien de François Fillon en 2015 pour la présidentielle de 2017, Robert Bourgi se rallie finalement à Nicolas Sarkozy en 2016 :

Sur les thèmes du repli identitaire, sur le voile, sur l'immigration, j'étais contre les idées de Nicolas Sarkozy. Je m'en suis expliqué avec lui. Aujourd'hui, je peux affirmer haut et fort que mon candidat, s'appelle Nicolas Sarkozy.

En janvier 2016, Robert Bourgi aurait également tenté de se rapprocher d'Alain Juppé.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.