Jean-Marie Le Pen échappe à la sanction
Jean-Marie Le Pen échappe à la sanction © MaxPPP/Nice Matin/Cyril Dodergny

Celui qui est toujours le président d'Honneur du Front national bénéficie d'un petit délai. Officiellement, il avait été convoqué ce lundi devant le Bureau exécutif du parti, mais après son séjour à l'hôpital le week-end dernier, sa fille a décidé de repousser l'échéance.

Jean-Marie Le Pen n'a rien demandé. C'est la patronne du parti qui, de sa propre initiative, a décidé de reporter d'une semaine le rendez-vous disciplinaire de son père. A-t-elle voulu simplement prendre soin du président d'Honneur - 86 ans - qui vient de se faire opérer du cœur ? Ou bien a-t-elle saisi cette occasion pour faire baisser la pression. médiatique et familiale ?

En tout cas, les huit membres du Bureau exécutif - en enlevant Jean-Marie Le Pen - disposent du coup de temps supplémentaire pour réfléchir à la sanction. Sauf qu'en fait, il est probable qu'il n'y en ait plus, que la punition se limite à la perte de son investiture, en PACA, pour les prochaines élections régionales.

Un 1er mai sous surveillance

Pour cela il faut tout de même que Jean-Marie Le Pen promette de rester calme. En particulier vendredi, le 1er mai, lors du traditionnel défilé du FN. Marine Le Pen envisagerait de ne pas installer cette fois-ci, son père à la tribune et de le remplacer, ni vu, ni connu, par les Conseillers Départementaux fraîchement élus.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.