La ministre ressort de la séquence fragilisée mais pas menacée
La ministre ressort de la séquence fragilisée mais pas menacée © MaxPPP

Le projet de réforme constitutionnelle présenté hier en Conseil des ministres retient finalement l'extension de la déchéance de nationalité aux binationaux nés en France, contrairement à ce qu'avait cru pouvoir annoncer la veille Christiane Taubira, qui sort indemne de la séquence.

La ministre de la Justice se retrouve en porte à faux et une fois de plus la question de son départ du gouvernement refait surface. Christiane Taubira est-elle menacée ? Pas le moins du monde ! Elle n'a pas l'intention de partir, et l'Elysée compte bien la garder. Les choses, à cet égard, sont dites très clairement. Et l'image de Christiane Taubira hier aux côtés du Premier ministre en dit long.

"Chacun a droit à ses doutes"

Manuel Valls assure qu'il défendra la réforme avec elle, précisant que "chacun a droit à des doutes". Le Premier ministre ne veut pas de crise au gouvernement, analyse un proche. En somme, calmer le jeu et ne pas entrer dans celui de la droite qui estime que Christiane Taubira, sa bête noire, ne peut pas porter la réforme.

Icône loyale

La position de la ministre ne sera pas facile à tenir : comment se battre pour un texte sur lequel on a émis des réserves ? Elle répète que la seule parole qui tienne est celle du président. Loyal finalement, ce fort caractère qui en agace plus d'un ? Au moins pour le chef de l’Etat, pour qui elle est un atout évident. Icône du mariage pour tous, elle doit surtout rassurer l'aile gauche du PS, décontenancée par son virage sécuritaire.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.