Ce poste national est relié à l'Élysée et permet donc à François Bayrou de conserver ses mandats locaux, dont celui de maire de Pau. Mais dans l'opposition de la ville béarnaise, on redoute qu'avec ce cumul entre le Haut-Commissariat au Plan et deux mandats locaux, Pau ne soit délaissée dans l'équation.

François Bayrou au moment de l'annonce de sa candidature aux municipales à Pau, une ville que l'opposition craint que le nouveau commissaire au plan délaisse
François Bayrou au moment de l'annonce de sa candidature aux municipales à Pau, une ville que l'opposition craint que le nouveau commissaire au plan délaisse © Maxppp / Deodic David

Il ne manquait plus que la date : François Bayrou devrait prendre ses fonctions Haut-Commissaire au Plan le jeudi 3 septembre 2020. La nomination du président du MoDem, âgé de 69 ans, à ces fonctions était un secret de polichinelle depuis plusieurs semaines. François Bayrou avait d'ailleurs lui-même confirmé à France Inter cette prise de poste à venir, le 17 août dernier.

À ce poste de Haut-Commissaire au Plan, François Bayrou sera chargé de dessiner le futur économique et social du pays pour les 20 ou 30 ans années à venir. Le poste sera rattaché à l'Elysée, et non à un ministère comme c'est le cas depuis la création du Haut-Commissariat en 1946. Du fait de son rattachement direct à Emmanuel Macron, François Bayrou pourra conserver ses mandats locaux : celui de maire de Pau et de président de la communauté d'agglomération Pau-Pyrénées. Mais dans le conseil municipal de cette ville béarnaise, l'opposition redoute que la commune ne soit délaissée par François Bayrou.

Des fonctions nationales et un double exécutif local

Dans un entretien au journal La République des Pyrénées, François Bayrou assure qu'il sera à Paris seulement deux jours par semaine ; le reste du temps, il travaillera de Pau. Une organisation qui ne rassure pas Olivier Dartigolles, conseiller d'opposition communiste de la ville, qui craint que le Haut-Commissaire n'accapare le maire : "Comment imaginer que la personne en responsabilité de cette tâche très importante serait en capacité d'être en plus à la tête de Pau, deuxième ville d'Aquitaine, d'une communauté d'agglomération ? Qui peut imaginer que les choses vont fonctionner encore ?"

Le conseiller d'opposition socialiste, Jérôme Marbot, va dans le même sens : "Pau, c'est 80.000 habitants, 160.000 avec l'agglomération. D'autant plus que les collectivités locales vont être en première ligne pour la relance, elles ont besoin d'élus à temps plein".

Il n'y a pas besoin de jongler entre les mandats car au Haut-Commissariat, car il n'y a pas les mêmes obligations que quand on est ministre  - François Bayrou

François Bayrou se défend de délaisser Pau : "Je ne délaisserai rien, dit-il à France Inter. Il n'y a pas besoin de jongler entre les mandats car au Haut-Commissariat, il n'y a pas les mêmes obligations que quand on est ministre : pas d'intervention à l'Assemblée nationale, par exemple". Un poste davantage sur le long terme que dans un engagement quotidien, en résumé. Et le maire de Pau de mettre en avant son expérience passée : "Autrefois (dans les années 1990, ndlr), j'ai été président du conseil général en étant ministre de l'Éducation nationale", François Bayrou précisant que son "enracinement local" sera bénéfique pour le poste de Haut-Commissaire.

Mais pour Olivier Dartigolles, conseiller d'opposition communiste, François Bayrou est un "récidiviste du cumul, un responsable politique qui a beaucoup fait la leçon à tout le monde sur la moralisation de la vie politique et qui ne se l'applique pas".

Parallèle avec ses fonctions éphémères de ministre de la Justice

Dans l'opposition socialiste, on fait un parallèle entre cette nomination de François Bayrou au Plan et celle d'il y a trois ans, en début de quinquennat, comme ministre de la justice. François Bayrou avait démissionné après un peu plus d'un mois en poste, en raison d'une affaire d'emplois présumés fictifs au MoDem. Le maire de Pau a été mis en examen dans cette affaire en décembre 2019. Alors ce nouveau poste national ne passe pas pour Jérôme Marbot, conseiller d'opposition socialiste : "François Bayrou a une nouvelle fois cédé aux sirènes de fonctions nationales, qu'il estime plus éminentes, alors qu'il est toujours mis en examen. Je trouve cela désolant pour l'image de la vie politique et démocratique. François Bayrou participait aux élections municipales il y a à peine trois mois, en promettant qu'il serait maire à plein temps. Le constat, c'est que ce ne sera pas le cas". 

"C'est un double bras d'honneur à deux jurisprudences, estime le communiste Olivier Dartigolles. La première : on ne peut pas cumuler une tâche exécutive et des mandats locaux. La deuxième : quand bien même François Bayrou bénéficie de la présomption d'innocence, sa mise en examen  il aurait pu attendre la décision de la justice pour prétendre à de nouvelles responsabilités nationales. 

Contacté par France Inter, François Bayrou dit qu'il entend prouver son innocence devant la justice. En attendant, le président du Modem assure que cela ne l'empêchera pas de mener ses fonctions de Haut Commissaire et ses mandats locaux.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.