[scald=85133:sdl_editor_representation]PARIS (Reuters) - Marine Le Pen a accusé vendredi François Bayrou de chasser sur les terres du Front national en s'adressant, sans légitimité selon elle, aux exclus du système.

Le candidat centriste à la présidentielle du printemps prochain a dit jeudi, lors d'un meeting à Dunkerque (Nord), parler au nom "des petits, des obscurs, des sans-grade".

La riposte de la candidate du FN n'a pas tardé.

"Tous les gens qui ont un peu de mémoire ou de culture se souviennent que les petits, les obscurs et les sans-grade, c'était le centre du discours de Jean-Marie Le Pen le soir du premier tour (de la présidentielle) de 2002", a-t-elle dit sur RFI.

"Bayrou fait du Le Pen mais tout le monde fait du Le Pen en réalité, avec plus ou mois de succès", a ajouté la présidente du FN, qui revendique une démarche populiste.

Engagée depuis quelques jours dans une guerre des mots avec Jean-Luc Mélenchon, qui vise lui aussi l'électorat populaire, la fille de Jean-Marie Le Pen a accusé vendredi le candidat du Front de gauche de manquer, lui aussi, de légitimité.

Pour Marine Le Pen, qui n'est qu'à deux points de Nicolas Sarkozy dans le dernier sondage quotidien Ifop/Fiducial pour Paris Match publié jeudi, Jean-Luc Mélenchon emploie "un langage châtié" en privé mais "éructe" sitôt qu'il est sur une estrade.

"Il a une vision du peuple qui est celle des élites", a-t-elle dit.

"C'est exactement le syndrome que je dénonce de la part des élites françaises. Ils prennent le peuple qu'ils veulent diriger pour des gens à front bas, des gens vulgaires, alors que moi, je considère que ce peuple est un grand peuple à qui il faut parler non seulement avec intelligence mais avec le coeur."

Patrick Vignal, édité par Yves Clarisse

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.