Le candidat s'accroche toujours à sa candidature. Alors que de plus en plus de politiques de son camp la regrettent, voire la dénoncent.

Est-ce une énième démission ou un sondage qui portera le dernier coup à François Fillon
Est-ce une énième démission ou un sondage qui portera le dernier coup à François Fillon © Reuters / Jean-Paul Pelissier

Le départ de Thierry Solère sera-t-il la goutte de trop ? A quel moment le « candidat de la droite et du centre » considérera-t-il qu’il est désormais dos au mur ?

Thierry Solère est certes la 66e défection, mais il était, surtout, le porte-parole du candidat.
Depuis, Dominique Bussereau et Renaud Muselier sont venus grossir les rangs des démissionnaires et de ceux qui ne veulent pas perdre leur chance d'alternance.

► POUR EN SAVOIR PLUS | LIRE Hémorragie autour de Fillon

La base, le recours supposé

Les derniers propos publics de François Fillon datent de jeudi soir. A Nîmes et en parlant de lui-même à la troisième personne, il s’est adressé aux militants :

Fillon, il est seul, disent-ils à Paris. Fillon, il est avec le peuple à Nîmes !

Quelques heures avant, face aux désistements qui s’amoncellent d’heure en heure, François Fillon déclarait :

Les élus ? On fera sans eux !", "La base, elle, tient" et "je m'appuie sur les Français

Une suite de sa déclaration de mercredi "Je m'en remets au peuple français, je ne me retirerai pas".

Plan B et plan J

François Fillon s’accroche, mais chez Les Républicains on ne cache plus la volonté de le remplacer. Mais par qui ?

Hier, c’est Alain Juppé, dont le nom était évoqué avec insistance pour une possible candidature de substitution. "Il est prêt à participer à la recherche d'une solution" si le candidat de la droite et du centre se retire", a déclaré vendredi son entourage à Reuters. Dès hier d’ailleurs, plusieurs élus ont annoncé qu'ils donneraient leur parrainage à Alain Juppé. Le premier est déjà arrivé au Conseil constitutionnel.

Ecoutez l'analyse de Frédéric Métézeau, interrogé par Bruno Duvic

► POUR EN SAVOIR PLUS | LIRE Dans la débâcle Fillon, le nom d'Alain Juppé ressurgit

Mais une autre hypothèse se fait jour : celle de la candidature de François Barouin, défendue ce vendredi par Nadine Morano. Juste de quoi compliquer encore un peu la suite.

Les sondages donnent tous François Fillon en baisse constante, jusqu’à ne pas figurer au second tour. Un sondage Odoxa pour France 2, publié ce vendredi, fait état d’un meilleur score de la droite au premier tour, si Alain Juppé était à la place de François Fillon. Une information qui devrait faire à nouveau bouger les lignes.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.