François Fillon est convoqué par les juges le 15 mars en vue d'une mise en examen. Mais le candidat Les Républicains annonce qu'il maintient sa candidature.

François Fillon annonce qu'il se maintient malgré sa convocation pour une mise en examen
François Fillon annonce qu'il se maintient malgré sa convocation pour une mise en examen © Reuters / Christian Hartmann

[ Mise à jour mercredi à 17h40 ] Pénélope Fillon est également convoquée par les juges en vue d'une mise en examen.

François Fillon a convoqué tous les ténors du parti Les Républicains pour des entretiens individuels ce mercredi matin à son QG de campagne. Puis lors d'une conférence de presse décidée au dernier moment, il a annoncé que ses avocats venaient d'apprendre sa convocation par les juges d'instruction le 15 mars prochain en vue d'une mise en examen.

Je n'ai pas détourné d'argent public. Je ne reconnais pas les faits. J'ai travaillé-comme un tiers des parlementaires-avec mes proches.

François Fillon affirme qu'il se rendra à la convocation des juges le 15 mars, pour leur dire "sa" vérité. Mais qu'il reste candidat à la présidentielle et que sa famille politique le suivra.

Je ne céderai pas, je ne me rendrai pas, je ne me retirerai pas.

►►► ECOUTER | François Fillon en conférence de presse ce mercredi 1er mars

François Fillon met en cause la justice

Je n'ai pas été traité comme un justiciable comme les autres.

La date du 15 mars, soit deux jours avant la clôture des parrainages, n'est selon François Fillon pas anodine.

C'est un assassinat politique. Par ce déchaînement, ça n'est pas moi qu'on assassine, c'est le vote des électeurs de la droite et du centre qui est fauché.

François Fillon s'est plaint notamment que les procès verbaux ont été communiqués à la presse. Selon lui, l'état de droit a été systématiquement violé.

L'enquête est menée exclusivement à charge.

François Fillon se plaint également de la célérité des juges, laissant entendre une influence politique. Or, les juges du Parquet national financier sont indépendants. Et le Parquet national financier a pour habitude depuis sa création de traiter très rapidement les dossiers.

►►► ECOUTER | Les explications de Corinne Audouin, journaliste justice à France Inter

Les Républicains divisés

La conférence de presse a débuté avec du retard, signe que jusqu'au dernier moment, les tractations et réflexion autour d'un maintien ou non ont duré toute la matinée.

►►► ECOUTER | Les explications de Carine Bécard, journaliste politique à France Inter

Démission de Bruno Le Maire, réunion de crise à l'UDI

Bruno Le Maire a décidé mercredi de démissionner de ses fonctions auprès de François Fillon parce que ce dernier a renoncé à se retirer comme il l'avait promis en cas de mise en examen, au nom du "respect de la parole donnée", a-t-il dit à l'AFP dans un communiqué.

Bruno Le Maire déclare dans son communiqué :

Je crois au respect de la parole donnée, elle est indispensable à la crédibilité de la politique" et "la condition nécessaire pour mener sereinement les efforts de redressement de la France. En accord avec mes principes, je démissionne donc de mes fonctions de représentant pour les affaires européennes et internationales de la campagne de François Fillon

L'ancien Premier ministre Alain Juppé avait parlé dans la matinée avec le candidat de la droite à la présidentielle. Selon son entourage, François Fillon aurait également eu au téléphone l'ex-candidat et ex-président Nicolas Sarkozy.

Du coté de l'UDI, alliée aux Républicains pour la présidentielle, une réunion s'est tenue ce mercredi après midi afin d'examiner les suites à donner à la convocation de François Fillon par les juges. [Mise à jour à 17h40 : l'UDI annonce qu'elle suspend sa participation à la campagne de François Fillon pour la présidentielle]

►►► ALLER PLUS LOIN | Le dossier Fillon

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.