Le candidat Les Républicains est l'invité d'une nouvelle matinale "grand format" de France Inter ce jeudi 6 avril. Rappel des principaux points de son programme.

Sur 100 pages de programme, retrouvez ci-dessous cinq grands thèmes développés par François Fillon (LR).
Sur 100 pages de programme, retrouvez ci-dessous cinq grands thèmes développés par François Fillon (LR). © Radio France

Compétitivité : 35 milliards pour les entreprises

C'est le premier volet du programme de François Fillon Mon projet pour la France, au chapitre dont le nom veut marquer une impérieuse nécessité : "C'est urgent". Pour le candidat LR, "la France a tout essayé (...) contre la croissance molle (...) sauf ce qui marche, partout ailleurs".

Je veux réduire massivement les charges sociales et fiscales qui pèsent sur la compétitivité.

"Pour favoriser l'investissement, l'innovation et la création d'emplois", François Fillon veut baisser les charges sociales* et les impôts de production de 25 milliards d'euros. À cela s'ajoute une baisse de 10 milliards d'euros de l'impôt sur les sociétés.

* financées par une hausse de la TVA (voir plus bas)

Droit du travail : des nouveaux contrats et la fin des 35 heures

François Fillon veut "faire disparaître la peur d'embaucher". Les règles actuelles seraient selon lui trop contraignantes pour l'employeur et peu protectrices pour les salariés. Pour "faciliter les recrutements" il propose de nouveau types de contrat comme les contrats de mission pour une durée limitée ou les contrats à causes de ruptures prédéfinies.

L'ancien premier ministre souhaite également "lever le verrou des 35 heures" et "laisser chaque entreprise décider de son temps de travail par la négociation et la signature d'accords collectifs".

Par ailleurs, François Fillon propose d'augmenter les petites retraites (inférieures à 1 000 euros par mois) d'au moins 300 euros annuels, soit 25 euros par mois au minimum.

► À lire aussi : François Fillon en cinq contradictions

Fonctionnaires : suppression de 500 000 emplois publics

Dans son "pacte de progrès pour une politique de modernisation de la fonction publique", le candidat Les Républicains s'engage à "réduire de 500 000 le nombre d'emplois publics en cinq ans". Pour cela, un départ à la retraite sur deux ne sera pas remplacé, compensé par une augmentation du temps de travail à 39 heures, sur une base annualisé. L'objectif étant de "permettre aux administrations d'organiser les cycles de travail les plus adaptés à leurs missions et à leur métiers".

Taxes et impôts : supprimer l'ISF et augmenter la TVA

François Fillon est l'un des deux seuls candidats à proposer d'augmenter de deux points le taux normal de la TVA (contre trois points pour Jacques Cheminade qui, lui, souhaite augmenter le SMIC de 20%). "Les produits de première nécessité et les services publics ne seront pas touchés" prévient le candidat de la droite et du centre. Pour le reste, cette "TVA compétitivité" permettra de financer la baisse des charges sur les salaires.

L'ancien premier ministre est en revanche le seul des onze candidats à vouloir supprimer totalement l’impôt sur la fortune (ISF). Cela inciterait selon lui les capitaux à rester en France et à être réinvestis dans les entreprises, permettant ainsi de créer des emplois.

Terrorisme : fermeture des lieux de cultes

C'est écrit à la page 63 de son programme Mon projet pour la France. "Au-delà de la fin de l'état d'urgence", François Fillon veut "permettre aux préfets d'ordonner une fermeture des lieux de culte" lorsque ceux-ci pourraient "gravement porter atteinte à l'ordre public et à la sécurité intérieure".

Après déchéance de nationalité, il souhaite également interdire de territoire "tout Français parti combattre à l'étranger dans les rangs terroriste" et expulser les étrangers "proches des réseaux terroristes". Le programme ne définit pas ce que "proche" veut dire.

Enfin, sont proposés : le renforcement des frontières Schengen par des gardes-côtes, l'accès au fichier passager PNR et la création d'une carte nationale d'identité biométrique.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.