[scald=104611:sdl_editor_representation]PARIS (Reuters) - François Hollande a repoussé jeudi l'idée de "sanctuariser" les objectifs de réduction de déficits en France, lui préférant une adaptation en fonction des intérêts du pays.

Le candidat socialiste à l'élection présidentielle s'était engagé jusqu'ici à réduire le déficit public de la France à 4,5% du produit intérieur brut fin 2012, 3% fin 2013 et à atteindre l'équilibre à l'horizon 2017.

"Je ferai bien sûr les économies nécessaires, mais en même temps je ne sacrifierai pas les intérêts de notre pays", a-t-il déclaré lors de l'émission "Des paroles et des actes" sur France 2.

"Nous devrons mettre de la croissance en Europe et nous devrons adapter nos objectifs de réduction de déficits", a-t-il ajouté.

François Hollande souhaite une renégociation du traité européen de discipline budgétaire signés par 25 pays de l'Union pour y introduire des notions de croissance. Le Parti socialiste français a refusé d'inscrire dans la Constitution la "règle d'or" budgétaire nécessaire à la ratification de ce texte.

"Si l'Europe n'est pas capable de prendre des décisions, je ne demanderai pas la ratification du traité parce je considère que c'est un point très important pour la croissance", a-t-il dit.

Elizabeth Pineau, édité par Nicolas Delame

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.