[scald=98115:sdl_editor_representation]PARIS (Reuters) - François Hollande a défendu mercredi sa proposition de taxer à 75% les revenus supérieurs à un million d'euros annuels, estimant qu'elle rapporterait de 200 à 300 millions à l'Etat.

Le candidat socialiste à la présidentielle a insisté sur la réforme de la fiscalité, qui figure en tête de son programme, et l'a présentée comme une arme morale.

Sa taxe sur les très hauts salaires, décriée par la droite, concernerait "3.000 personnes, à peu près" et rapporterait "de 200 à 300 millions", a-t-il précisé sur RTL.

"Ce n'est pas une question de rendement, c'est une question de moralisation, a-t-il dit. J'ai décidé d'une réforme fiscale d'ampleur et je la mènerai."

Le favori des sondages a répété en outre qu'il entendait bloquer les prix des carburants "pendant trois mois" et réintroduire la "TIPP flottante", système selon lequel l'Etat atténue la hausse des prix à la pompe par une baisse des taxes.

"Je n'accepterai pas que l'Etat puisse gagner quelque recette que ce soit sur la hausse des prix du carburant", a-t-il dit.

Autre promesse du candidat socialiste, celle de revenir sur l'augmentation du taux normal de TVA de 19,6% à 21,2% qui vient d'être adoptée par les députés dans le cadre du texte instituant la "TVA sociale".

"Si je suis élu président de la République, il n'y aura pas l'augmentation de la TVA à 21,2 comme il est prévu", a-t-il dit.

Patrick Vignal, édité par Jean-Baptiste Vey

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.