[scald=110487:sdl_editor_representation]par Bernard Grollier

SAINT-DENIS-DE-LA-REUNION (Reuters) - Confronté à la montée dans les sondages du candidat du Front de gauche Jean-Luc Mélenchon, le candidat PS à la présidentielle François Hollande a multiplié dimanche à La Réunion les appels à la mobilisation de son électorat dès le premier tour.

Les sondages le donnent constamment vainqueur au second tour mais semblent indiquer un effritement au profit notamment du candidat de la gauche radicale.

"Nous sommes tout près du moment décisif, on annonce depuis tant de mois ma victoire, mais elle dépend de vous et de vous seuls. Dès le 22 avril, créez ce mouvement qui se traduira le 6 mai par la victoire", a-t-il déclaré dimanche devant 3.000 personnes lors d'un meeting à Saint-Joseph, fief socialiste du sud de l'île.

"Nous devons faire le meilleur résultat possible et avoir des objectifs très élevés dès le premier tour", avait-il dit plus tôt à environ 300 sympathisants du Parti communiste réunionnais venus l'accueillir à Saint-Louis, dont la municipalité est dirigée par ce parti.

Mercredi dernier, le PCR a officiellement appelé à voter pour François Hollande dès le 22 avril, alors que les sympathies de nombre de ses militants vont plutôt à Jean-Luc Mélenchon.

Plus que la dispersion des voix, c'est l'abstention que le député de Corrèze dit craindre. "Rien n'est joué pour le premier tour, si l'abstention est forte tous les sondages seront démentis", avait-il déclaré le matin devant la presse.

"Si les électeurs se dispersent, cela peut avoir des conséquences heureuse ou fâcheuses", mais "la surprise n'est jamais la même dans une élection", a-t-il souligné. "Il y en aura forcément une", le 22 avril, estime-t-il.

CHÔMAGE MASSIF

François Hollande est reparti dimanche soir de la Réunion avec des chances de réaliser un score élevé dans le plus peuplé des départements d'outre-mer (plus de 800.000 habitants).

Il a toutefois veillé à ne pas froisser les susceptibilités entre le PS local et le PCR, éternels rivaux pour le leadership de le gauche locale.

Un sondage (Ipsos, pour le Journal de l'Île et Réunion Première, réalisé du 20 au 27 mars) le crédite localement de 39% d'intentions de vote au premier tour et de 67% au second.

Moins bien, au premier tour, que le résultat de Ségolène Royal dans l'île en 2007 (46%), mais mieux que le score de son ex-compagne au second (63,5%).

Au cours de son week-end dans l'océan Indien, à Mayotte puis à la Réunion, le candidat socialiste à attaqué à de nombreuses reprises la politique ultramarine de Nicolas Sarkozy, qui voudrait, a-t-il ironisé, "effacer son bilan d'un coup d'ardoise magique". Le candidat UMP est lui-même attendu mercredi 4 avril à la Réunion.

Alors que la plupart des collectivités d'outre-mer connaissent un taux de chômage massif, qui atteint parfois 60% chez les moins de 25 ans, comme à la Réunion, "le seul sujet qui me paraît l'emporter sur tous les autres est celui de l'avenir de la jeunesse", a répété François Hollande.

Edité par Thierry Lévêque et Jean-Stéphane Brosse

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.