François Hollande à son arrivée en Arabie Saoudite accueilli par le goureneur de Ryad
François Hollande à son arrivée en Arabie Saoudite accueilli par le goureneur de Ryad © MaxPPP/EPA/Yoan Valat/POOL

Des dirigeants du monde entier se succèdent samedi et dimanche en Arabie saoudite pour présenter leurs condoléances au lendemain du décès du roi Abdallah. François Hollande, Barack Obama, Dmitri Medvedev, le prince Charles, David Cameron et le prince héritier japonais, Naruhito, devaient présenter leurs condoléances au roi Salman, successeur d'Abdallah.

François Hollande, accompagné du ministre de la Défense, a fait une visite éclair samedi en Arabie saoudite pour présenter ses condoléances au nouveau roi de la première puissance pétrolière mondiale, Salmane, après la mort du roi Abdallah, 90 ans.

A l'occasion de son déplacement, François Hollande a pu discuter avec le Président égyptien Sissi ainsi qu'avec le cheikh d'Al-Azhar, une prestigieuse institution de l'islam sunnite basée en Egypte qui avait condamné la tuerie de Charlie-Hebdo.

Les dirigeants du monde entier se sont rendus à Ryad ou vont s'y rendre

Barack Obama, qui a salué en Abdallah un homme "sincère" et "courageux" et en l'Arabie un partenaire "précieux", va écourter son déplacement officiel en Inde pour petre présent en Arabie Saoudite.

Le président turc Recep Tayyip Erdogan, des chefs d'Etat du Golfe, l'Egyptien Abdel Fattah al-Sissi, le Palestinien Mahmoud Abbas, l'Irakien Fouad Massoum ainsi que d'autres dirigeants arabes se sont succédé à Ryad, de même que des chefs d'Etat africains comme le Gabonais Ali Bongo,.

Les explications de Clarence Rodriguez à Ryad

Le nouveau souverain, âgé de 79 ans et qui souffre de problèmes de santé, a reçu vendredi l'allégeance symbolique des Saoudiens. Pour son premier discours en qualité de roi, Salmane a affirmé vendredi qu'il maintiendrait le cap fixé par son défunt demi-frère.

Sous le règne d'Abdallah, le royaume ultra-conservateur s'est rallié à la coalition antijihadistes menée par les Etats-Unis et est resté à l'abri des bouleversements qui ont secoué le monde arabe à partir de 2011.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.