[scald=99695:sdl_editor_representation]PARIS (Reuters) - François Hollande a tenté vendredi de s'expliquer sur des propos qu'il avaient tenus il y a un an et dans lesquels il semblait s'opposer à l'idée de surtaxer les très hauts revenus.

Le candidat socialiste à la présidentielle a proposé cette semaine d'imposer à 75% la tranche de revenus supérieure à un million d'euros annuels.

Lors d'un débat vidéo sur le site Mediapart avec l'économiste Thomas Piketty, le 28 janvier 2011, François Hollande semblait pourtant opposé à une telle mesure.

"Autant il est normal d'avoir une progressivité, d'avoir un taux supérieur qui soit même au-delà de 40% (...) mais autrement l'image de taux confiscatoire sur une toute petite fraction des contribuables n'aura aucun effet, puisqu'alors là, on est sûr des effets de délocalisation, et ne produira aucune recette", disait-il alors.

Interrogé vendredi sur ces propos, François Hollande a expliqué qu'il avait répondu alors à une question sur l'héritière de L'Oréal Liliane Bettencourt et sur la nécessité qu'elle paye ses impôts en France.

"Il faut toujours que les contribuables paient leurs impôts", a-t-il dit à la presse lors d'un déplacement dans le XXe arrondissement de Paris.

"Nous cherchons à moraliser un certain nombre de comportements. Je ne demande pas à prélever mais ceux qui se rémunèrent à 100 fois le smic devraient avoir conscience qu'il y a des limites", a-t-il ajouté.

"Nous avons une situation nouvelle avec des rémunérations indécentes qui justifient des signaux qui doivent être donnés pour que les rémunérations scandaleuses par leur niveau, pas par les personnes, ne puissent pas être distribuées comme ça sans qu'il y ait une réflexion préalable", a encore dit François Hollande.

Elizabeth Pineau, édité par Patrick Vignal

Mots-clés :

Derniers articles


Culture

Déclinaison de choux de Bruxelles

8 décembre 2016
Culture

Chou farci

8 décembre 2016
Culture

Bonbon de chou kale à la moelle

8 décembre 2016
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.