Emmanuel Macron souhaite que tous les ministres candidats aux prochaines élections municipales démissionnent du gouvernement une fois leur campagne lancée.

Gérard Collomb, ministre de l'Intérieur, briguera un quatrième mandat à Lyon
Gérard Collomb, ministre de l'Intérieur, briguera un quatrième mandat à Lyon © AFP / LUDOVIC MARIN

Cette fois, il a pris sa décision et prendra ses responsabilités. Gérard Collomb briguera un quatrième mandat à Lyon. Mais, pour autant, le ministre de l’Intérieur n’envisage pas de quitter le gouvernement tout de suite. Il ne lancera sa campagne qu’après les élections européennes, au printemps 2019. 

La règle selon laquelle un ministre candidat devra quitter son ministère, c’est Emmanuel Macron qui l’a édictée et qu'il n’a eu de cesse de rappeler à son équipe gouvernementale en conseil des ministres. Cette règle concernera les candidats dans les 15 grandes métropoles françaises, parmi lesquelles Paris, Aix Marseille Provence, Lyon, Bordeaux, Toulouse ou encore Rennes. 

En ce moment, seuls quatre ministres sont concernés par ce futur non-cumul : Gérard Collomb à Lyon, Christophe Castaner qui laisse toujours planer le doute sur une candidature à Marseille, et un duel à Paris entre Benjamin Griveaux et Mounir Mahjoubi. Le secrétaire d'État au numérique qui, dans les colonnes du Figaro, a expliqué qu’il pourrait être "un bon candidat pour Paris". Pour l’un de ces quatre prétendants, "démissionner du  gouvernement une fois la candidature lancée est une évidence absolue et je ne comprends pas qu’on se pose la question".

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.