Patrick Ménucci et Samia Ghali
Patrick Ménucci et Samia Ghali © MaxPPP/Le Progrès/Philippe Juste et La Provence/Nicolas Vallauri

Les bureaux de vote sont maintenant fermés.La participation en hausse de plus de 14% à 17h, pour le second tour de la primaire socialiste à Marseille. Les électeurs devaient choisir qui de Samia Ghali ou de Patrick Mennucci affrontera l'UMP Jean-Claude Gaudin aux municipales de 2014.

Après les couacs de dimanche dernier, les 55 bureaux de vote ont cette fois-ci globalement ouvert à l'heure, sauf dans le 13e arrondissement où le portail d'entrée d'un lieu de vote, favorable à la sénatrice, a été bloqué avec de la colle forte. Dans le 12e arrondissement ce sont des pièces d'un euro qui ont été distribuées.

Une journée de vote mouvementée et tendue. Le dépouillement sera très surveillé d'autant que l'écart de voix pourrait être très mince, comme l'explique Cyril Graziani

Si Samia Ghali a remporté le premier tour avec 25,25%, Patrick Ménnucci (20,65%) bénéficie d'un léger avantage sur le papier, grâce au ralliement de trois candidats à sa cause : la ministre Marie-Arlette Carlotti (19,52%), du député Henri Jibrayel (3,71%) et du président de la communauté urbaine, Eugène Caselli (16,57%).

Les invectives ont fusé tout au long de la semaine, par médias interposés ou frontalement, éclipsant quasiment toute discussion sur le programme.

Samia Ghali n'a cessé de se poser en victime de l'appareil socialiste et quand on explique son succès par un "vote communautariste", elle bondit: "C'est la première fois que j'ai le sentiment d'avoir fait campagne contre le Front national".

Ce qui différencie les deux candidats expliqué par Frédéric Métézeau

Des lendemain de scrutin compliqués

Si Patrick Mennucci assure qu'en cas de défaite il se rangera derrière son adversaire, Samia Ghali, a laissé planer le doute sur son avenir au PS en cas de défaite.

IDE Marseille
IDE Marseille © radio-france
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.