Les Républicains commencent lentement mais surement à changer de position au sujet des "gilets jaunes". Laurent Wauquiez n'a pas fait de déclaration après l’intervention du chef de l'Etat ce lundi soir, mais d'autres ténors chez les LR lancent un appel au calme.

Laurent Wauquiez n'a fait aucune déclaration après l'intervention du chef de l'Etat.
Laurent Wauquiez n'a fait aucune déclaration après l'intervention du chef de l'Etat. © AFP / Thierry Zoccolan

L'ancien ministre Eric Woerth lance un appel à "lever le camp" ce mardi matin. L'actuel député Les Républicains demande aux "gilets jaunes" de quitter les ronds-points et de tenir compte de ce qui a été dit par Emmanuel Macron.

Cet appel au calme est en fait relayé par les LR plus ou moins clairement depuis quelques jours. "N'oublions pas que nous sommes le parti de l'ordre" dit Guillaume Larrivé, secrétaire général délégué des Républicains.

Dans cette situation, le piège serait de braquer l'électorat classique de droite qui, selon un sondage récent, commence à prendre du champ par rapport au reste des Français quant à l'adhésion au mouvement. On observe par exemple que 38% seulement des électeurs de François Fillon au premier tour de la présidentielle de 2017, penseraient qu'il faut encore se mobiliser. 

Au delà de cette question de l'ordre, il s'avère aussi compliqué pour cette droite d'attaquer frontalement les mesures annoncées lundi soir par Emmanuel Macron. Et pour cause, elles correspondent en partie à ce qu'ils réclamaient. 

Fin novembre, Laurent Wauquiez évoquait sur twitter la colère des gilets jaunes. Il était d'ailleurs apparu en gilet jaune au début du mouvement.

Le chef du parti, Laurent Wauquiez est d'ailleurs resté jusque là étrangement silencieux. Il s'exprimera ce mardi soir a 19 heures sur BFM avec comme seul angle d'attaque désormais la question de la dépense publique qu'il faut baisser , selon lui pour financer les mesures. Sinon "les annonces d'aujourd'hui, prévient-il, "seront les impôts de demain...".

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.