l'exécutif a les armes pour passer en force au parlement
l'exécutif a les armes pour passer en force au parlement © reuters

En 2006, François Hollande qualifiait l'utilisation d'ordonnances pour légiférer en urgence de "méthode détestable". Aujourd'hui, l'exécutif envisage de le faire pour réformer le travail dominical. L'idée fâche déjà une partie de la majorité.

C'est un nouveau rebondissement en cette fin d'été politique déjà très mouvementée : le gouvernement envisage donc de légiférer par ordonnances, c'est à dire sans passer par un débat parlementaire.

La procédure a ses avantages : elle permet de gagner du temps sur des questions urgentes (Jean-Marc Ayrault l'avait utilisée pour réformer le secteur de la construction). Elle a un inconvénient : donner l'impression aux parlementaires qu'on les court-circuite. Les communistes et les écologistes ont déjà fait part de leur opposition à cette nouvelle méthode.

Et même dans les rangs socialistes, l'idée est loin de faire l'unanimité, Marion Lagardère

Le député et porte-parole du Parti socialiste, Olivier Faure, n'est pas plus convaincu. Il rappelle que les ordonnances sont censées être l'exception dans le système français, et qu'en période de méfiance entre le gouvernement et sa majorité, l'idée risque d'être très mal reçue.

C'est une voix de recours quand il y a des sujets complexes, qu'on veut aller vite. Ce n'est possible que s'il y a un accord sur le fond avec la majorité. On ne peut pas donner un chèque en blanc au gouvernement.

Évidemment, les syndicats sont eux aussi vent debout contre les ordonnances à venir. D'autant plus au vu du sujet concerné : le travail dominical, particulièrement controversé.

Éric Scherrer, du Seci-Unsa, opposé au travail du dimanche, répond à Véronique Julia

La dernière fois qu'un gouvernement a voulu imposer une réforme sociale par ordonnances, l'histoire s'était mal terminée. C'était en 2005, pour le contrat nouvelle embauche créé par Dominique de Villepin, une idée finalement enterrée après trois ans de recours juridiques.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.