Le grand débat national se terminera avec les premières "conférences citoyennes régionales" les 15-16 et 22-23 mars. Des tables rondes, dans les 13 grandes régions, où des Français tirés au sort donneront leur avis sur les propositions qui ont émergé. Mais ils ne sont pas si simples à trouver.

Trouver 1 300 Français pour participer aux débats n’est pas si simple...
Trouver 1 300 Français pour participer aux débats n’est pas si simple... © Maxppp / Nice Matin / Dominique Leriche

"Bonjour, votre numéro a été tiré au sort dans le cadre du grand débat national, pour participer à une conférence citoyenne régionale. Pour participer, envoyez OUI ou NON." Voilà le SMS reçu par 75 000 Français ces dernières semaines. Des textos, en plus des appels passés par l'institut Harris Interactive, chargé de trouver les 100 citoyens volontaires pour participer à chacune des conférences citoyennes régionales, organisées les 15 et 16 puis 22 et 23 mars, dans les 13 grandes régions de métropoles et dans quatre départements d'outre-mer. Des sortes de tables rondes récapitulatives pendant lesquelles 100 Français tirés au sort, par téléphone, doivent donner leur avis sur les mesures qui ont émergées du grand débat national.

Mais 100 Français multipliés par 13, c'était peut-être un peu ambitieux. Et désormais, on nous parle plutôt d'un objectif de 70 citoyens. Et encore, la tâche est plus ou moins facile selon les régions. Le Centre-Val de Loire notamment, et la Normandie, moins peuplés que les autres. 

Défraiements, repas offerts et mots d'excuse pour convaincre les appelés

Alors pour convaincre les appelés, les arguments ont été travaillés. Rien à voir avec des questions philosophiques sur la nécessité de s'engager pour la France, ou la démocratie participative, non, c'est bien plus terre à terre que ça :  la mission du grand débat réserve pour vous billets de trains et chambre d’hôtel.  Les repas seront offerts aussi.  Et pour votre patron ? Pas de problème ! Vous allez recevoir un mot d'excuse à en-tête du grand débat. 

Car il faudra être libre entre 16h et 21h le vendredi et 9h et 16h le samedi. Parfois à des centaines de kilomètres pour ceux qui habitent aux frontières de la région, car les conférences se tiendront dans les capitales régionales. 

Et tout ça, c'est encore sans compter sur les désistements de dernière minute. Les téléphones vont donc chauffer jusqu'au dernier moment pour remplir les bancs.

Plutôt 50 que 100 reconnaissent les garants du grand débat

Mais à deux jours des premières réunions, même les garants du grand débat commencent à revoir l'objectif à la baisse. Surtout dans certaines régions. Il y aura plutôt 50 que 100 citoyens à la conférence régionale de Corse par exemple, la région qui se mobilise le moins depuis le début du grand débat. Il aurait fallu aller plus loin dans les aides reconnaît Nadia Bellaoui, l'une des garants : "On aurait pu aussi prendre en charge des crèches, organiser l'accueil des enfants en bas-âge pour permettre en particulier la participation des actifs, propose-t-elle. Cela n'aura pas été fait pour cette fois mais ce sont des bonnes pratiques qu'on gagnerait à mettre en place pour l'organisation d'autres débats de ce type."

Mais Nadia Bellaoui pose aussi clairement la question de l'indemnisation des participants. "Il aurait été parfaitement légitime qu'on indemnise tout le monde de manière à lever le frein économique à la participation." Malheureusement "le calendrier, le budget, ne le permettaient pas", regrette la garante du grand débat.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.