Le nouveau gouvernement grec a prêté serment cet après-midi.

Derrière Georges Papadémos, Premier ministre, Evangélos Vénizélos conserve son portefeuille de ministre des Finances et de vice-Premier-ministre. La plupart des ténors du PSE conservent leur portefeuille.

Ce gouvernement de coalition comprend toutefois un poids-lourd du principal parti de droite, Nouvelle-Démocratie. L'ancien commissaire européen à l'Environnement Stavros Dimas, 70 ans, décroche le poste de chef de la diplomatie.

L'extrême droite est aussi représentée, une première depuis la chute de la dictature des colonels en 1974.Makis Voridis a été nommé ministre des Transports, et Adonis Georgiadis au secrétariat d'Etat au développement et à la Marine marchande.

Une composition étonnante, relève Angélique Kouronis

barre blanche
barre blanche © Radio France

Mêmes problèmes, même politique

La nouvelle équipe gouvernementale devra faire adopter un budget 2012 marqué par la rigueur. Au programme, privatisation d'entreprises publiques et lutte contre l'évasion fiscale.

La dette publique grecque culmine à 162% du PIB. Le taux de chômage atteignait 18,4% en août.

Plusieurs milliers de partisans du parti communiste ont défilé hier soir devant le parlement aux cris de "halte à l'austérité".

lien image dossier Grèce
lien image dossier Grèce © Radio France
Mots-clés :

Derniers articles


Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.