Benoit Hamon-Manuel Valls : ce sera donc la tête d'affiche du second tour de la primaire socialiste. Deux candidats dont les programmes économiques diffèrent sur bien des points.

Valls/ Hamon : deux visions socialistes de l'économie
Valls/ Hamon : deux visions socialistes de l'économie © AFP / JEAN-PIERRE MULLER / AFP

Benoit Hamon-Manuel Valls : le député frondeur face à l'ancien premier ministre, ce sera la tête d'affiche du second tour de la primaire "élargie" du PS dimanche 29 janvier 2017.

Ces deux candidats du même parti offrent une vision bien différente de l’économie version socialiste. Manuel Valls a d’ailleurs qualifié, dès dimanche soir, le programme de Benoit Hamon de "promesses irréalisables et infinançables".

Le Revenu Universel d’Existence, pomme de discorde

Benoit Hamon a construit son programme économique autour d'une mesure phare, le revenu universel d'existence : autour des 600 euros par mois, il devient le marqueur d'un changement de société axée aujourd'hui sur le travail ; une idée qui coûterait à terme plus de 300 milliards d'euros.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

►►►LIRE AUSSI | Le revenu universel est-il une bonne idée ?

Manuel Valls n'en veut pas, mais défend, lui, un revenu décent réservé aux plus modestes et ouvert aux 18-25 ans : ce revenu d'environ 800 euros par mois fusionnerait les minimas sociaux, pour un coût de 30 milliards d'euros.

Manuel Valls parie sur les heures supp’

La mesure phare de Manuel Valls serait de rétablir la défiscalisation des heures supplémentaires. Mise en place sous le quinquennat de Nicolas Sarkozy, elle a été supprimée par François Hollande. Une mesure qui chiffrerait, elle, à 4 milliards d'euros.

Les deux hommes s'opposent sur la Loi travail, emblématique du gouvernement Valls, mais que Benoit Hamon compte abroger immédiatement. Ils s'opposent également sur les 3% de déficit public. Manuel Valls compte s'y tenir. Benoit Hamon, favorable à une forte relance budgétaire, pense au contraire qu'il faudrait abandonner cet objectif.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix