[scald=109699:sdl_editor_representation]MONT-DE-MARSAN, Landes (Reuters) - Le député socialiste des Landes, Henri Emmanuelli, a lancé jeudi soir à Mont-de-Marsan un appel à Jean-Luc Mélenchon en invitant au rassemblement de la gauche, une formation "qui a des partenaires mais pas d'adversaires".

Porté par sa nouvelle place de "troisième homme" dans les sondages, le candidat du Front de gauche déclare se battre pour être au second tour et refuse d'être l'"otage" du Parti socialiste.

"Il fait une bonne campagne mais j'ai du mal à penser qu'il sera au second tour, et je me permets de lui rappeler que les forces de gauche ne peuvent gagner que rassemblées", a déclaré Henri Emmanuelli à la presse avant un meeting de François Hollande.

"La gauche est une formation politique qui a des partenaires mais pas d'adversaires", a ajouté celui qui fut premier secrétaire du PS au début des années 1990.

Henri Emmanuelli a répété ce message devant plusieurs milliers de personnes venues assister au meeting, citant l'ancien président François Mitterrand : "Je crois à la victoire de la gauche à condition qu'elle reste elle-même et qu'elle n'oublie pas que sa famille, c'est toute la gauche. Hors du rassemblement populaire, il n'y a pas de salut".

A ses yeux, "la pire des choses ce serait qu'on inflige" aux Français "cinq ans de plus" de présidence Sarkozy. "C'est à chacun de prendre ses responsabilités", a ajouté Henri Emmanuelli.

A la question des journalistes de savoir comment il voyait les trois semaines à venir avant la premier tour, le député des Landes a répondu qu'il fallait leur donner "la couleur de l'espérance. Selon le camp auquel on appartient, ce n'est pas la même couleur".

Elizabeth Pineau, édité par Marine Pennetier

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.