henri guaino demande la suspension des poursuites contre lui
henri guaino demande la suspension des poursuites contre lui © reuters

Le député UMP a déposé une proposition de résolution pour suspendre les poursuites judiciaires contre lui pour "outrage à magistrat", au moins jusqu'à la fin de la session parlementaire. Essentiel à la liberté d'expression, assure le principal intéressé. "Original", grince la gauche.

En son temps, on se souvient que Silvio Berlusconi avait fait voter une loi pour lui accorder l'immunité. Sans avoir autant d'ambition, Henri Guaino estime toutefois qu'il mérite une relative impunité face aux juges : dans sa proposition de résolution, il demande la suspension jusqu'à la fin de la session parlementaire (fin juin) des poursuites judiciaires le visant pour "outrage à magistrat".

L'ancien conseiller de Nicolas Sarkozy devenu député UMP des Yvelines en juin 2012 avait été renvoyé en correctionnelle pour ses propos contre le juge Jean-Michel Gentil dans le cadre de l'affaire Bettencourt. Il l'avait accusé d'avoir "déshonoré la justice" après la mise en examen Nicolas Sarkozy, dans le cadre de l'affaire Bettencourt. L'ancien président avait finalement bénéficié d'un non-lieu.

Henri Guaino a déposé le 16 mai une proposition de résolution en se référant à l'article de la Constitution qui prévoit la suspension, pour la durée de la session, des poursuites engagées contre un parlementaire "si l'assemblée dont il fait partie le requiert".

Cette proposition de résolution, qui sera examinée dans le cadre d'une commission ad hoc, a été évoquée ce mardi lors de la réunion hebdomadaire de la Conférence des présidents. La procédure visant à suspendre les poursuites en cours visant des députés est rarement utilisée, trois fois seulement sous la Ve République.

Soutien très timide à droite

Pour le député UMP, voter pour sa résolution "rappellera que dans une société libre, le parlementaire a un rôle particulier à jouer et qu'il ne peut le jouer sans une totale liberté de parole".

Un argument qui n'a pas convaincu la majorité. Le socialiste Henri Emmanuelli s'est même légèrement moqué de l'initiative d'Henri Guaino.

Je crois que M. Guaino est très original, donc il faut traiter ses initiatives avec originalité.

À l'UMP, on hésite aussi à soutenir l'initiative du député. Le président du groupe UMP, Christian Jacob, explique que les députés de l'opposition "attendront le rapport de la commission" pour se prononcer.

Le texte doit maintenant être examiné en commission, avant d'être examiné en séance publique au mois de juin.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.