hervé morin reconnaît l'échec de l'opération sur le voilier tanit
hervé morin reconnaît l'échec de l'opération sur le voilier tanit © reuters

L'ancien ministre de la Défense Hervé Morin estime que "François Hollande a eu raison" de ne pas livrer les deux navires Mistral à la Russie, dont la vente avait été annulée en raison de la crise ukrainienne.

"Symboliquement, on ne peut pas livrer du matériel de guerre à un pays qui ne respecte pas le droit international. Donc François Hollande a eu raison". Hervé Morin, ancien ministre de la Défense, a apporté aujourd'hui son soutien au président Hollande , en rappelant que la situation actuelle ne permettait pas d'honorer un tel contrat.

Hervé Morin a précisé quele contrat avec Moscou avait été signé "à une époque où l'Alliance atlantique et l'ensemble des partenaires européens, considéraient qu'il y avait à créer les conditions d'unerelation nouvelle entre la Russie et les pays occidentaux ". Le député UDI avait d'ailleurs été à l'orgine des négociations, alors qu'il était ministre de la Défense sous Nicolas Sarkozy. Le contrat pour la construction en France des deux navires avait, selon lui, été "une bénédiction pour des chantiers navals qui étaient au bord du dépôt de bilan.

Trouver rapidement un repreneur

Depuis l'accord de non-livraison avec Moscou, la France est en quête d'un ou de nouveaux acquéreurs pour ses deux navires Mistral, que sa marine "n'a ni les moyens, ni la volonté, de garder", assurent experts et officiels. Car l'entretien des Mistral à quai a un coût : cinq millions d'euros par mois .

Le Canada et Singapour sont cités comme clients potentiels . L'Egypte , qui vient d'acquérir une frégate multimissions Fremm et quatre corvettes Gowind, serait sur les rangs pour acheter les deux bâtiments. C'est le journal le Monde qui donne cette information. Les présidents Hollande et Sissi en auraient parlé jeudi, après les cérémonies d'inauguration du nouveau canal de Suez.

Au Caire, la correspondance de Rémy Pigalio

Maisl'adaptation des Mistral pour un client de remplacement coûterait plusieurs dizaines à plusieurs centaines de millions d'euros à l'Etat.

infgraphie Mistral
infgraphie Mistral © idé
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.