Hollande à La Courneuve
Hollande à La Courneuve © MaxPPP / Yoan Valat

François Hollande a reçu mardi un accueil mouvementé à La Courneuve, banlieue populaire de Seine-Saint-Denis, où le président a été copieusement hué par une foule agitée.

Le chef de l'Etat a appelé à l'apaisement dans cette ville pauvre, théâtre de violences à l'automne 2005 quand les banlieues françaises s'étaient embrasées après la mort de deux jeunes poursuivis par la police à Clichy-sous-Bois (Hauts-de-Seine).

Le changement, c'est quand ? On vit dans la misère à La Courneuve

a crié un homme à l'adresse du président, entouré d'un important service d'ordre.François Hollande a serré quelques mains avant d'entrer dans le bâtiment où il devait prononcer son discours, proche d'une place où plusieurs centaines de personnes du quartier étaient venues assister à son arrivée.

Je viens dix ans après ce qui s'était produit, ce drame terrible de Clichy, les émeutes qui avaient eu lieu

a dit François Hollande à des journalistes. "On doit mettre de l'apaisement. On doit mettre aussi de la cohérence et de la solidarité."On pouvait voir dans la foule une pancarte avec le sigle CGT accusant le gouvernement d'abandonner les salariés, les ouvriers et les retraités.

M. Hollande, l'humain d'abord, pas la finance

pouvait-on lire sur un panneau du parti communiste.

Reportage à La Courneuve de Cyril Graziani

Aujourd'hui il pense qu'il peut se racheter en venant racheter les banlieues, mais les banlieues ne sont pas à vendre

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.