[scald=202193:sdl_editor_representation]PARIS (Reuters) - François Hollande a avoué mercredi chercher la bonne distance à garder avec la presse, souhaitant à la fois éviter d'être trop proche et "banal" et trop lointain au risque de s'isoler.

Dans ses voeux aux médias, le président dont la compagne, Valérie Trierweiler, est elle-même journaliste, a souhaité être "suffisamment proche pour rester près de vous mais néanmoins suffisamment distant pour (...) faire comprendre aux Français que le pays est dirigé".

"C'est toujours un dilemme pour le président de la République", a-t-il expliqué.

"Soit il est trop proche et il devient banal, je n'ose pas dire normal, soit il est distant et il s'isole et s'enferme, donc j'essaie de trouver la bonne posture", a-t-il poursuivi.

François Hollande a promis de renforcer la protection des sources des journalistes et de revoir les mécanismes de subventions dont bénéficie un secteur en pleine dépression.

"Nous aurons à revoir ces aides à la presse avec une volonté de mettre la presse d'information politique et générale au premier rang des titres qui doivent bénéficier de ces aides", a-t-il indiqué.

"Au cours de 2013, la ministre de la Culture présentera cette réforme et également les moyens de favoriser l'accompagnement des titres qui souhaitent aller vers le numérique".

Le chef de l'Etat a répété que faute d'accord entre la presse française et le moteur de recherche américain Google, un projet de loi sera proposé en vue de créer un mécanisme de rémunération au bénéfice des organismes de presse.

Les associations d'éditeurs de presse souhaitent en effet que le groupe américain les rémunère pour les informations qu'il indexe, une demande refusée par Google qui menace de son côté de ne plus référencer les médias français.

Julien Ponthus, édité par Sophie Louet

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.