les ambitions de "reconquête" de hollande compromises par l’affaire morelle
les ambitions de "reconquête" de hollande compromises par l’affaire morelle © reuters

"Si le chômage ne baisse pas d'ici à 2017, je n'ai, ou aucune raison d'être candidat, ou aucune chance d'être réélu" , déclaration de François Hollande hier lors d'un déjeuner avec une vingtaine de salariés, de dirigeants et de syndicalistes de Michelin à Clermont-Ferrand.

Un vrai message politique

C'est la première fois que le Président de la République s'exprime aussi clairement et publiquement sur son avenir et le lie à la courbe du chômage comme l'avait fait son prédécesseur Nicolas Sarkozy.

Cette phrase n'a rien d'un scoop, la baisse du chômage est au cœur de la politique de François Hollande depuis son élection. Les résultats des dernières élections ont montré que les Français attendaient des résultats sur son engagement sur l'emploi alors que François Hollande est au plus bas dans les sondages.

L'analyse de Cyril Grazziani

### De l'art de communiquer Mais cette phrase et ce déplacement à Michelin tombe plutôt au bon moment pour François Hollande lui permettant de balayer d'une phrase la décision prise par son proche conseiller. Pour Aquilino Morelle, soupçonné de conflits d'intérêts, _"démissionner était la meilleure chose à faire"_ a sobrement commenté François Hollande. **La réaction du politologue Roland Cayrol**
Aquilino Morelle, médecin de formation, aurait accepté en 2007 deux missions rémunérées 12.000 euros d’un laboratoire danois, Lundbeck. D’après les informations de Mediapart, il aurait organisé deux rendez-vous entre les dirigeants de ce laboratoire et des membres du comité économique des produits de la santé, l’instance qui fixe le prix et le taux de remboursement des médicaments. Selon Aquilino Morelle, contrôleur de l'Inspection générale des affaires sociales (IGAS), il n'y a pas de conflit d'intérêt. L'IGAS n'a pas retrouvé trace dans ses archives de l'autorisation pour Aquilino Morelle d'exercer des activités annexes, document obligatoire pour les contrôleurs. **ALLER PLUS LOIN > [Aquilino Morelle, Chronique d'une démission qui s'imposait](http://www.franceinter.fr/depeche-aquilino-morelle-chronique-dune-demission-qui-simposait)**
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.