Musée de l’histoire de l’immigration
Musée de l’histoire de l’immigration © MaxPPP

François Hollande a pris lundi la défense de l'espace Schengen de libre circulation des personnes dans l'Union européenne, que Nicolas Sarkozy veut réformer pour lutter contre les flux d'immigration, au prix d'une politique de la chaise vide.

Alors qu'il inaugurait le musée de l'Immigration sept ans après son ouverture sous le mandat de Nicolas Sarkozy, François Hollande a déclaré :

Faire éclater Schengen, ce serait reculer, rétablir des frontières pays par pays! Nous devons défendre ce principe.

45 sec

François Hollande : "se pose la question de l'avenir même de notre identité"

► ► ► ALLER PLUS LOIN | Retrouvez le discours de François Hollande sur son compte Twitter

Nicolas Sarkozy, nouveau président de l'UMP, propose que la France fasse la grève du traité de Schengen tant que de nouvelles dispositions ne seront pas adoptées pour enrayer l'immigration irrégulière. François Hollande a défendu une vision "sereine" de l'histoire de l'immigration et profité de l'inauguration du musée pour critiquer sans le nommer son prédécesseur.

"Il y a toujours eu des démagogues" : retour sur le discours de François Hollande avec Anne-Laure Dagnet

1 min

"Il y a toujours eu des démagogues" : retour sur le discours de François Hollande avec Anne-Laure Dagnet

"Sept ans, c'est long pour une inauguration officielle", a-t-il ironisé, rappelant ainsi implicitement que Nicolas Sarkozy n'avait pas souhaité se déplacer pour l'ouverture du musée. François Hollande avait déjà profité du sommet de la francophonie fin novembre à Dakar pour se démarquer de son rival de 2012 sur les questions d'immigration. Il avait ainsi affirmé que l'Afrique était entrée dans l'Histoire et était "aussi une partie de notre avenir", dans une réponse au discours prononcé il y a sept ans par Nicolas Sarkozy dans la capitale sénégalaise.

Mais les partisans de l'octroi du droit de vote aux immigrés aux élections locales, promesse de campagne de François Hollande, l'ont entendu répéter sa position : elle est hors de portée si l'opposition campe sur sa position de refus. "Rien ne peut se faire sans une révision de la Constitution, ce qui suppose une majorité des trois cinquièmes", a-t-il dit en prônant un "accord entre les forces républicaines". " A elles de prendre leurs responsabilités."

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.