[scald=107881:sdl_editor_representation]AJACCIO, Corse-du-Sud (Reuters) - François Hollande a dénoncé samedi les "effets d'annonce" de Nicolas Sarkozy après les récentes tueries, estimant qu'il était inutile d'inventer de nouvelles lois pour lutter contre le terrorisme, comme le propose le président-candidat.

Nicolas Sarkozy a réitéré samedi lors d'un meeting sa volonté d'interdire par la loi la consultation de sites internet faisant l'apologie du terrorisme après la mort de sept personnes tuées par Mohamed Merah.

"Il faut appliquer la loi, nul besoin d'en inventer à chaque moment selon les circonstances : il suffit de donner les moyens à la police, la gendarmerie et la justice et arrêter les effets d'annonce", a dit le candidat socialiste lors d'un meeting à Ajaccio (Corse-du-Sud) devant quelque 800 personnes.

Devant les militants de gauche qui s'étaient massés samedi en milieu d'après-midi sur la place Foch, au coeur d'Ajaccio, il s'est arrimé aux "valeurs républicaines" pour évoquer le thème de la sécurité qui est "la première des libertés".

Il a condamné l'instrumentalisation faite par la majorité de l'affaire Mohamed Merah et dit vouloir tirer "toutes les conclusions des tueries de Toulouse et Montauban".

François Hollande entend suivre l'enquête de près.

"Elle permettra de savoir de quel éventuel soutien le terroriste a pu bénéficier et si tout avait été fait (pour prévenir (cet acte)", a-t-il ajouté en critiquant un Nicolas Sarkozy qui "a manqué les objectifs qu'il s'était assignés".

Roger Nicoli, édité par Yves Clarisse

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.