Léonarda
Léonarda © radio-france

François Hollande a annoncé samedi que Leonarda, la collégienne expulsée au Kosovo, pourra revenir en France si elle le souhaite, mais sans sa famille. Ce que la jeune fille a dores et déjà refusé

Au cours d'une brève allocution prononcée depuis l'Elysée peu après 13h, le Président François Hollande a pris acte du rapport de l'IGA sur l'expulsion de la jeune Kosovare et sa famille.

Reprenant les conclusions de l'enquête administrative, François Hollande a expliqué qu' "il n'y a pas eu de faute, la loi a été parfaitement respectée, mais il y a eu un manque de discernement dans l'exécution de l'opération" qui a conduit les policiers a interpeller la jeune fille le 9 octobre, dans le Doubs, lors d'une sortie scolaire.

Le chef de l'Etat a donc indiqué qu'une instruction sera adressée aux préfets pour "prohiber" toute interpellation dans le cadre scolaire, dans les établissements comme à l'occasion de sorties pédagogiques.

François Hollande

La circulaire sur la sanctuarisation de l'école, rédigée samedi après-midi lors d'une réunion ministérielle, a été publiée samedi soir et envoyée aux préfets par le ministre de l'Intérieur Manuel Valls.

"Leonarda peut revenir si elle en fait la demande"

Quant à Leonarda, François Hollande a annoncé que "compte-tenu des circonstances, si elle en fait la demande et qu'elle veut poursuivre sa scolarité en France, un accueillui sera réservé". Le président a toutes fois spécifié que ce serait "elle seule". Sa famille ne devrait donc pas pouvoir regagner laFrance.

François Hollande

Leonarda: "Je n'irai pas seule en France, je n'abandonnerai pas ma famille"

Interrogée au Kosovo, quelques minutes après l'allocution de François Hollande Leonarda Dibrani, a affirmé qu'elle ne voulait pas regagner ce pays sans sa famille. "Je n'irai pas seule en France, je n'abandonnerai pas ma famille. Je ne suis pas la seule à devoir aller à l'école, il y a aussi mes frères et mes soeurs".

Léonarda au micro de Géraldine Hallot

Le père de Léonarda, Resat, le seul membre de la famille à être né au Kosovo, s'est emporté: "Il n'y a aucune chance que j'accepte de diviser ma famille", a poursuivi cet homme qui avait dès vendredi prévenu qu'il se rendrait avec les siens en France "par tous les moyens".

Les réactions : la proposition de François Hollande ne contente personne

A droite et à l'extrème droite, la main tendue à Leonarda est un appel d’air à l’immigration irrégulière alors que la gauche considère que séparer la jeune fille de sa famille est une preuve d’inhumanité.

Jean-François Copé , le président de l'UMP, a dénoncé "un coup terrible porte à l'autorité de l'Etat" par François Hollande.

François Fillon "regrette l' indécision caricaturale" de François Hollande qui ,"à force de chercher des synthèses, apparaît ambigu face à l'immigration irrégulière et lâche par rapport à une adolescente condamnée à choisir entre la France et sa famille".L'ancien Premier ministre demande la réduction à 6 mois le délai d'examen de demande d'asile.

Tweet Estrosi
Tweet Estrosi © Radio France

Pour l’UMPEric Ciotti, François Hollande "ridiculise notre pays en renonçant à l'autorité de l'État par sa proposition d'accueillir Leonarda en dépit des décisions de justice. "C'est un très dangereux signal adressé dans la lutte contre l'immigration irrégulière", ajoute-t-il.

Eric Ciotti avec Olivier Bost

Pour le président de l'UDI Jean-Louis Borloo , la position de François Hollande est "incompréhensible tant en terme du respect de la loi que du respect de l'unité d'une famille". cette position "apparaît comme extrêmement dangereuse pour les Français ainsi que pour ceux qui à l'extérieur observent les décisions de la France".

Tweet Philippot
Tweet Philippot © Radio France

François Delapierre, secrétaire national du Parti de gauche, parle du "comportement abject" du Président de la République

Olivier Dartigolles, porte-parole du PCF , stigmatise la "grave faute politique et morale" de François Hollande qui a demandé "à une enfant de 15 ans de choisir entre la France et sa famille". "La ligne Valls, dans la continuité du sarkozysme, est confortée alors qu'il faut changer la loi et mettre fin sans délai à toutes les expulsions de jeunes étrangers scolarisés", ajoute-t-il.

Même au PS , le doute est présent quant à la justesse de la décision du Président. Harlem Désir, s'il se félicite de la décision de François Hollande, "souhaite que tous les enfants de la famille de Leonarda puissent finir leurs études en France accompagnés de leur mère". Le Premier secrétaire du PS va en "discuter avec le président et le gouvernement".

Harlem Désir

L'association La voix des Roms a jugé d'une "indécence inacceptable" la proposition de François Hollande de laisser rentrer seule en France Leonarda. "C’est inhumain, indécent et illégal", estime l'association dans un communiqué qui estime que "l'indécence des autorités va jusqu'à violer les règles du droit international que la France a ratifiées".

EN SAVOIR PLUS : consulter le rapport de l'IGA

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.