[scald=89427:sdl_editor_representation]PARIS (Reuters) - Les intentions de vote des sympathisants des grandes centrales syndicales pour l'élection présidentielle sont marquées par une surreprésentation de la gauche mais Marine Le Pen se place en deuxième position, selon un sondage Ifop pour L'Humanité.

Dans cette enquête, à paraître vendredi, le candidat socialiste François Hollande obtient le meilleur score au premier tour avec 33%, suivi par la présidente du Front national (19%), le candidat du Front de gauche Jean-Luc Mélenchon (14%), le centriste François Bayrou (13%) et Nicolas Sarkozy (12%).

Pour l'ensemble des Français, le candidat PS obtient 28%, Marine Le Pen 20,5%, Jean-Luc Mélenchon 8%, François Bayrou 13,5%, et Nicolas Sarkozy 22%.

La percée de Marine Le Pen dans le monde du travail "est réelle mais elle se fait plus sentir parmi les salariés ne se sentant proches d'aucun syndicat", où elle serait aujourd'hui en tête avec 28% d'intentions de vote, souligne l'Ifop.

Dans le détail, le leader du Front de gauche obtient assez logiquement ses meilleurs scores parmi les proches de Sud (33%) et de la CGT (22%) mais il est néanmoins devancé par François Hollande qui bénéficie du réflexe de vote utile et d'un anti-sarkozysme virulent.

Le candidat PS est crédité de 40% au premier tour auprès des sympathisants de Sud, 38% auprès de ceux de la CGT, 37% à la CFDT et 31% à FO.

A droite, Nicolas Sarkozy ne peut trouver une audience réduite que parmi les soutiens de la CFTC (25%), de FO (14%) et de la CFDT (13%).

Ce sondage a été effectué du 10 au 27 janvier auprès d'un échantillon de 4.859 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus, au sein duquel ont été isolées les réponses de 2.999 personnes en activité, dont 945 se déclarant proches d'une organisation syndicale.

Gérard Bon, édité par Gilles Trequesser

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.