françois hollande fait du 8 mai un plaidoyer pour l'europe
françois hollande fait du 8 mai un plaidoyer pour l'europe © reuters

Dans une tribune au journal Le Monde , publiée ce jeudi, le président de la République met en garde contre l'euroscepticisme ambiant. "Sortir de l'Europe", écrit François Hollande, reviendrait à "sortir de l'Histoire".

À près de deux semaines des élections européennes, le chef de l'État livre un plaidoyer pour l'Union européenne, dans une tribune au Monde intitulée "L'Europe que je veux". Message principal : gare aux populismes et à la tentation de "sortir de l'Europe" qui reviendrait, selon lui, à "sortir de l'Histoire".

Publiée le jour anniversaire de la victoire des Alliés sur l'Allemagne nazie, François Hollande rappelle "l'avertissement solennel de François Mitterrand, dans son dernier discours devant le Parlement européen : 'le nationalisme, c'est la guerre !' et cette évidence fondatrice : l'Europe, c'est la paix !"

Sortir de l'euro ? "Un piège, celui du déclin"

Sans jamais les citer, François Hollande pointe du doigt ces partis politiques "qui cherchent à défaire l'Europe en spéculant sur la déception, en misant sur le découragement, en exhumant les peurs". Ces mêmes partis, Front National et Debout la République en tête, qui appellent à sortir de l'euro. "Un piège, celui du déclin national", tranche le président.

►►► ALLER PLUS LOIN | Européennes 2014 : faut-il sortir de l'euro ?

François Hollande plaide pour une Europe "qui agit là où on l'attend, qui clarifie ses modes de décision, allège ses procédures, avance plus vite avec les pays qui le veulent, se concentre sur les défis à venir".

Cette Europe est celle qui, à partir de la zone euro, redonne de la force à l'économie, met fin à l'austérité aveugle, encadre la finance avec la supervision des banques, fait de son grand marché un atout dans la mondialisation et défend sa monnaie contre les mouvements irrationnels.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.