François Hollande sur TF1
François Hollande sur TF1 © radio-france
**Plusieurs annonces ont été faites par le Président de la République durant une émission spéciale sur TF1, "en direct avec les Français", programmée à la mi-mandat de François Hollande.** Pour questionner le chef de l'État, sur le plateau de TF1, il y avait trois journalistes : Gilles Bouleau, le présentateur du 20 heures, Thierry Demaizière ("Sept à Huit") et Yves Calvi (RTL), mais aussi quatre Français. **L'annonce la plus remarquée de la soirée a trait à la fiscalité** . Le Président - qui avait déja promis une baisse de la fiscalité en moyenne - s'est engagé à ce qu'aucun Français ne paye d'impôt supplémentaire à partir de 2015. > A partir de l'année prochaine, il n'y aura pas d'impôt supplémentaire sur qui que ce soit.
### Chômage, la grande plaie du quinquennat Confronté à une Française au chômage et en fin de droit, François Hollande a annoncé le retour d'une allocation pour les chômeurs qui ont suffisamment cotisé mais n'ont pas atteint l'âge de la retraite. Le chef de l'État a également annoncé un contrat aidé, à partir de 2015, pour les personnes au chômage, qui sont en fin de droit mais n'ont pas atteint l'âge de la retraite et ont peu de chances de retrouver un emploi. Un emploi "soit dans l'entreprise, soit dans une collectivité", aidé par l'État afin que ces chômeurs seniors puissent prendre leur retraite en étant au travail. > Je ne peux pas accepter qu'une personne de 60 ans vive avec 500 euros par mois.
Le chômage a évidemment été une des questions primordiales de l'émission. Le président reconnaissant qu'il "peut (se) faire des reproches, j'ai pu faire des erreurs. L’inversion de la courbe du chômage, c’est moi qui en avais parlé". Pour lutter contre le chômage des jeunes, le chef de l'État a annoncé la création de 15.000 emplois d'avenir "verts" supplémentaires, sans conditions de diplôme. > Ces emplois là ce sera les entreprises elles même avec l'Etat qui les mettront en oeuvre.
Le chef de l'État s'est aussi dit favorable à l'élargissement du service civique, qui pourrait devenir un service civique "universel", d'une durée de deux ou trois mois, non indemnisé, et "dans un premier temps" sur la base du volontariat. Ensuite, via l'organisation d'un référendum, il pourrait devenir obligatoire pour les jeunes. Jeunes toujours, le Président a annoncé "qu'un grand plan numérique va être lancé par l'Éducation nationale pour que le numérique soit partout de l'école jusqu'au lycée". François Holande a même promis qu'à la rentrée 2016, tous les éleves de 5ème seront équipés de tablette et auront une formation au numérique. ### Un président normal et impopulaire pour une fonction exceptionnelle Le Président le plus impopulaire de la Ve République, dont la cote de popularité est tombée jusqu'à 12% l'a reconnu : > Depuis deux ans et demi je me cramponne (...) Je dois avoir le cuir tanné, être serein, avoir du sang-froid (...) pour réussir une fonction exceptionnelle. Le chef de l'État t ne souhaite d'ailleurs pas parler d'un deuxième quinquennat : > Vous avez vu l’état de ma popularité ? (...) Ma volonté est celle de faire baisser le chômage. Vous pensez que si je n’y arrive pas je retournerai devant les français ? ### Réformer la France jusqu'au terme de son quinquennat Pour la deuxième moitié de son quinquennat, François Hollande a promis d'aller "jusqu'au bout" pour "réformer" la France. "J'ai fait ce que je devais faire", a-t-il assuré, énumérant la réforme territoriale, la transition énergétique, la formation professionnelle ou le marché du travail. "On va faire toutes les réformes pour nous permettre d'être plus forts", a-t-il poursuivi, citant "la loi Macron, le travail du dimanche, les professions réglementées". > Au bout des cinq ans je veux pouvoir me regarder dans une glace en me disant : est-ce que j'ai fait ce que je devais faire comme président de la République pendant cinq ans ? Moins populaire que son Premier ministre Manuel Valls, François Hollande a affirmé qu'il restait celui qui "fixe la ligne" et l'instigateur des réformes. > Manuel Valls est un bon Premier ministre, il applique la politique que j'ai moi-même fixée pour la Nation et nous sommes dans une équipe. Toutes les réformes, je les ai décidées moi-même. Un Président qui a un cap, dit-il : que "la France soit plus forte, juste et cohérente en 2017 et faire en sorte que le pays soit dans les premiers rangs de la compétition mondiale". **François Hollande**
La place de la France en Europe et dans le monde aura été un des leitmotifs de cette interview. La France, qui organisera la grande conférence sur le climat fin 2015, est candidate à l'organisation de l'Exposition universelle de 2025 et même aux JO de 2024 si la mairie de Paris en est d'accord. ### François Hollande a esquivé toutes les questions sur sa vie privée Tout juste a-t-il laissé entendre que ce que son ex compagne a écrit l’a été sous le coup "de la douleur" et qu’il aime les Français : > Si vous me connaissiez, les bistrots je les ai fréquentés durant 30 ans de ma vie en Corrèze. (…) Ma vie je l’ai consacré aux Français lors de tous mes mandants. On peut critiquer ma politique mais pas le fait que j’aime les gens. Après il y a des douleurs, je ne les juge pas, je les pardonne. Parlons de la France. L’ "exposition" de son humanité, le chef de l’État l’a réservée à la douleur des familles. Celle de **Serge Lazarevic** , un Français retenu au Sahel depuis novembre 2011 par le groupe Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) pour lequel la France a "des preuves de vie, mais pas récentes". "Je ne laisse aucun otage sans tout faire pour tenter de le libérer", a rappelé le Président. Concernant l’assassinat d'**Hervé Gourdel** , l'otage français décapité en septembre en Algérie par des jihadistes, "l’enquête avance et le gouvernement algérien fait son travail". Mais avoir dû appeler la famille d’Hervé Gourdel "aura été le pire jour de mon quinquennat", a confié le Président. **François Hollande**
Le Président qui a promis "la vérité" à la famille de **Remi Fraisse,** un autre français mort, mais cette fois à cause d’une grenade des forces de lors d’une manifestation contre le barrage de Sivens. Les résultats d'une enquête "diligentée par le ministre de l'Intérieur" seront connus "d'ici huit jours", a-t-il annoncé pour cette mort qui "est une tragédie, un drame pour le pays". ### Abréger les souffrance et peut-être la vie La troisième partie de l'émission s'est déroulée sur le site de TF1 avec des questions d'internautes. En réponse à l'une d'elles le Président - qui a raconté la fin de vie "extrêmement rude". de sa propre mère - a affirmé qu'il souhaitait "une loi (...) dans le cadre d'un consensus" apportant "les améliorations nécessaires à partir de la loi Leonetti". Le gouvernement a chargé en juin les députés Jean Leonetti (UMP) et Alain Claeys (PS) de faire des propositions pour définir les conditions dans lesquelles l'apaisement des souffrances peut conduire à abréger la fin de vie. ### **François Hollande a beaucoup parlé de la France pour un exercice qui n'a pas convaincu** Le Pérsident s'est évertué à restaurer l'optimisme de ses compatriotes en vantant notamment la grandeur de la France et ses réussites, a fait quelques annonces mineures et a listé les réformes déja mises en place ou à venir "pour nous permettre d'être plus forts". Un exercice sans souffle, ni enthousiasme, et paradoxalemnet sans beaucoup de chaleur, qui ne semble pas avoir convaincu les commentateurs politiques. Et probablement pss non plus les français. **L'analyse de Marc Fauvelle**
Hollande à mi-mandat
Hollande à mi-mandat © Radio France
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.