[scald=96251:sdl_editor_representation]par Elizabeth Pineau

PARNE-SUR-ROC, Mayenne (Reuters) - François Hollande a plaidé jeudi en Mayenne pour une politique agricole plus juste à même d'enrayer la chute du nombre d'agriculteurs en France, qui pourrait passer par une redistribution des aides publiques tenant compte de la taille des exploitations mais aussi de l'emploi.

Le candidat socialiste à l'élection présidentielle a entamé dans les Pays de Loire, deuxième région agricole de France, une séquence qui se terminera mardi prochain par un long passage au Salon de l'Agriculture de Paris, qui sera inauguré samedi par le président Nicolas Sarkozy.

Un quart des exploitations agricoles ont disparu ces dix dernières années en France. On en compte désormais moins de 500.000. Environ 56.000 agriculteurs ont aujourd'hui recours au revenu de solidarité active, et la profession connaît un taux important de suicide.

Fort de ce constat, François Hollande s'est prononcé pour une politique plus favorable aux producteurs.

"Chaque jour, il y a une exploitation qui disparaît dans ce département, donc nous avons besoin de garder les exploitations sur le territoire, ça suppose qu'il y ait des prix pour rémunérer les agriculteurs, des aides qui leur soient apportées, et que l'on défende l'agriculture en Europe et dans le monde", a-t-il dit à la presse.

Le député de Corrèze visitait une exploitation laitière à Parné-sur-Roc, en Mayenne. Germinal Peiro, porte-parole du candidat sur les questions agricoles, a souligné le nécessaire rééquilibrage, à l'heure où 20% des agriculteurs bénéficient de 80% des aides.

SOUTENIR LA PAC

"Il faut faire entrer le critère de l'emploi dans la distribution des aides, ça ne peut pas être uniquement le critère de la taille qui prévaut parce que c'est un système injuste qui privilégie ceux qui ont le plus d'hectares", a-t-il dit.

"En prenant en compte l'emploi, on va aider des cultures diversifiées qui n'ont pas forcément beaucoup d'hectares mais qui font vivre des gens", a-t-il ajouté.

S'il entre à l'Elysée en mai prochain, François Hollande défendra cette idée au niveau européen dans le cadre de la renégociation de la Politique agricole commune, cruciale pour la survie des exploitations françaises.

La France est la première bénéficiaire de la Pac, premier budget européen en cours de renégociation pour la période post-2013.

"Nous pensons que sur ce thème de l'emploi, plusieurs pays européens pourraient arriver à trouver un accord", estime Germinal Peiro.

La France a perdu au profit de l'Allemagne sa place de premier pays exportateur européen de produits alimentaires. Elle reste la première puissance productrice en Europe.

"La Politique agricole commune n'a pas été suffisamment soutenue ces dernières années. Il y a une trop grosse confiance dans les marchés, je pense qu'il faut intervenir davantage, a estimé François Hollande. La ruralité, c'est l'agriculture mais c'est aussi tout une politique de présence des services publics sur le territoire."

Edité par Gérard Bon

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.