Emmanuel Macron a remis hier soir à l’écrivain, la Légion d'honneur lors d'une cérémonie à l'Élysée, Michel Houellebecq figurait dans la liste des promus du 1er janvier, au grade de chevalier.

Michel Houellebecq (archive 2015)
Michel Houellebecq (archive 2015) © Maxppp / ANDREU DALMAU

Michel Houellebecq avait prévenu : il ne voulait pas d’une cérémonie people. Il a trié ses invités sur le volet. Parmi la trentaine de convives, réunis en début de soirée jeudi, dans le salon des ambassadeurs : Jean Louis Aubert, Alain Finkielkraut, Frédéric Beigbeder ou encore Nicolas Sarkozy.

Houellebecq, costume bleu, cravate rouge, pantalon gris, est arrivé avec son épouse. L’auteur de Serotonine a reçu sa première distinction française autre que littéraire. Et c’est Emmanuel Macron qui a épinglé cette légion d’honneur sur sa poitrine. Dans son discours, le Président a beaucoup insisté sur cette méprise autour de l’auteur. 

Vous êtes un romantique dans une époque qui est devenue matérialiste.  

Le chef de l’État a décrit les personnages de ces romans. "Tout ce désespoir chez eux, c’est une affirmation d’espérance". Il a aussi raillé la coupe de cheveux  de l’auteur "savamment malentretenue". Avant de faire sourire l’assistance. "Quand vous discutez avec Houellebecq, ce ne sont pas des paroles entrecoupées de silence, mais le silence entrecoupé de paroles".

Nicolas Sarkozy a approuvé le discours présidentiel. "C’est très juste pour Michel" a glissé l’ancien hôte des lieux à un invité. 

Le Goncourt 2010 semblait très ému. Avec son petit sourire malicieux, il a terminé la soirée en se promenant parmi les siens. À chacun il a glissé "je frime". 

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.