[scald=66061:sdl_editor_representation]PARIS (Reuters) - La ministre française du Budget Valérie Pécresse a assuré lundi qu'il n'y aurait pas de troisième plan d'austérité budgétaire malgré des perspectives de croissance ralentie et une tension croissante sur les marchés pour la dette française.

Elle a estimé sur RTL que le gouvernement disposait déjà d'une réserve suffisante dans le budget actuel en cas de problèmes, qui est selon elle de six milliards d'euros.

"La croissance est ralentie mais elle existe encore, c'est pour cela qu'il faut qu'on la soutienne. Aujourd'hui nous avons un budget qui est crédible, sincère", a-t-elle déclaré.

Après un premier plan d'économies et d'impôts d'une ampleur de onze milliards d'euros pour 2012, le gouvernement a présenté début novembre un deuxième plan de 65 milliards d'euros d'ici 2016, dont 18,6 milliards pour la période 2012-2013, afin de tenir les objectifs de réduction du déficit public et de préserver sa notation souveraine malgré le ralentissement économique.

Valérie Pécresse a exclu implicitement de revenir sur le sujet car, selon elle, le risque serait alors de ralentir encore la croissance.

"Il faut tenir nos engagements de réduction du déficit mais il faut en même temps agir sur cette croissance et surtout ne pas prendre des mesures qui plongeraient le pays dans la récession", a-t-elle dit.

Thierry Lévêque, édité par Jean-Philippe Lefief

Mots-clés:

Derniers articles

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.