[scald=205193:sdl_editor_representation]PARIS (Reuters) - Une information judiciaire pour tentative d'extorsion de fonds été ouverte par le parquet de Paris dans l'une des trois enquêtes concernant la famille Dassault, a-t-on appris jeudi de source judiciaire.

Un juge d'instruction devra se pencher sur les messages d'intimidation envoyés à plusieurs enfants de Serge Dassault, propriétaire du groupe du même nom, précise-t-on.

Les enquêteurs soupçonnent des caïds de Corbeil-Essonnes (Essonne), l'ancien fief électoral du milliardaire, de tenter d'extorquer de l'argent à des membres de sa famille, écrit Le Monde daté de vendredi.

Selon le quotidien, le parquet de Paris s'occupe en toute discrétion de deux autres affaires concernant la famille Dassault sur fond de guerre d'héritage.

Une première enquête préliminaire ouverte en 2010 concerne des mouvements suspects d'argent lors des élections municipales à Corbeil-Essonnes et les pratiques supposées du milliardaire, qui fut maire UMP de la ville jusqu'en 2009.

L'élection du milliardaire en 2008 a été invalidée par le Conseil d'Etat après que l'opposition municipale eut dénoncé des distributions d'argent à des administrés.

Cette enquête est menée par la Division nationale des investigations financières et fiscales (DNIFF).

La seconde enquête préliminaire fait suite à la découverte de transferts d'argent suspects sur les comptes d'habitants de Corbeil-Essonnes connus de la justice, dit-on de source judiciaire. Le sénateur aurait assuré qu'il s'agissait de prêts.

L'enquête a été confiée à l'Office central de lutte contre le crime organisé.

Selon Le Monde, les enquêteurs ont le sentiment d'être plongés au sein d'un conflit de succession, ces enquêtes pouvant mettre en évidence la vulnérabilité du patriarche.

"Les quatre enfants du milliardaire, tous salariés au sein de l'empire familial, guignent la place de leur père qui aura 88 ans en avril et n'entend pas céder son fauteuil, pour l'heure", écrit le quotidien.

Nicolas Bertin et Gérard Bon, édité par Yves Clarisse

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.