Jacques Toubon nommé Défenseur des Droits
Jacques Toubon nommé Défenseur des Droits © Maxppp / Francois Lafite

C'est la fin d'un mini-feuilleton et d'un autre combat entre l'exécutif et sa majorité. Les parlementaires, dont certains refusaient catégoriquement cette nomination, l'ont finalement approuvée après deux auditions en commissions des Lois.

Dominique Baudis, décédé au mois d'avril, a donc finalement un successeur en la personne de Jacques Toubon. L'ancien ministre UMP n'était pourtant pas le candidat favori des parlementaires, qui avaient vivement critiqué le choix de François Hollande sur le sujet.

Car Jacques Toubon a un passif dans le domaine. Comme l'a rappelé une partie de la gauche, il a notamment eu des positions conservatrices à l'époque de la dépénalisation de l'homosexualité (à laquelle il était opposé) ou de l'abolition de la peine de mort (contre laquelle il avait voté). Des positions qui ne passaient pas auprès d'un certain nombre de parlementaires, qui jugeaient scandaleuse sa nomination comme "Défenseur des Droits".

Le nouveau Défenseur s'est bien défendu

Au final, Jacques Toubon a réussi à convaincre suffisamment de députés et de sénateurs. Auditionné le 2 juillet par la commission des Lois de l'Assemblée et une semaine plus tard au Sénat, il a finalement obtenu 32 voix pour et 19 voix contre à la première, 16 voix pour et 14 contre à la seconde.

Suffisant pour lui attribuer le poste, puisqu'il aurait fallu une opposition des 3/5 des votants des deux assemblées pour invalider le choix présidentiel.

Adeline Hazan a de son côté été nommée Contrôleur général des lieux de privation de liberté, elle succèdera donc à Jean-Marie Delarue qui a lui-même été nommé président de la Commission nationale de contrôle des interceptions de sécurité.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.