Le candidat désigné par la primaire écologiste a annoncé son retrait au profit du candidat désigné par la primaire socialiste. En échange d'un programme... et d'un siège ?

Yannick Jadot a annoncé son ralliement à Benoît Hamon
Yannick Jadot a annoncé son ralliement à Benoît Hamon © Maxppp / Olivier Lejeune

Dans ce contrat de mariage, on trouve d'abord des mesures typiquement écologistes. D'abord, la sortie progressive et intégrale du nucléaire d'ici 25 ans, avec la fermeture des premiers réacteurs pendant le quinquennat, et 50 % d'énergies renouvelables dans le mix énergétique en 2025. Il y a aussi la fin du projet d'enfouissement des déchets nucléaires de Bure.

Sur l'aéroport de Notre-Dame-des-Landes, c'est moins clair. Le site prévu sera abandonné mais, l'accord le dit : des alternatives devront être trouvées. Même problème pour la ligne TGV Lyon-Turin.

Écologistes et socialistes se sont entendus aussi pour une abrogation de la loi Travail, la proportionnelle avec prime majoritaire, un septennat présidentiel unique, ou encore la légalisation du cannabis.

Côté coulisses, une place au soleil des législatives

Le cas le plus épineux restait celui de Cécile Duflot, mais c'est réglé : la députée de Paris sera réinvestie sans candidate socialiste face à elle. Mais ce qui a provoqué la stupeur des écologistes, c'est de découvrir que leur candidat lui-même avait obtenu, sans en référer à qui que ce soit, une circonscription. Il se murmure même que ce serait celle de Denis Baupin, à Paris.

Yannick Jadot avait pourtant juré aux siens qu'il ne voulait pas devenir député. D'ailleurs, dans les négociations entre PS et écologistes, son nom n'est jamais apparu. Un de ses camarades fulmine : "Il a pris 17 000 personnes en otage, tous les les électeurs de la primaire".

Sauf qu'il reste un souci majeur pour Yannick Jadot et son parti : le retrait doit être validé ce week-end par les militants, ceux-là même qui l'ont désigné en novembre 2016. Pourtant, dans son intervention à la télévision, il a clairement annoncé qu'il se retirait, sans trop s’appesantir sur cette consultation. Question posée par une écologiste : que se passera-t-il si les militants votent contre le ralliement dimanche ? Pour l'instant, aucune réponse.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.