La guerre des nerfs entre Manuel Valls et François Hollande est à son paroxysme. En jeu : la candidature de François Hollande à la présidentielle.

La guerre des nerfs est engagée entre François Hollande et Manuel Valls
La guerre des nerfs est engagée entre François Hollande et Manuel Valls © AFP /

Et si finalement François Hollande se laissait convaincre par ses proches d'accélérer sa déclaration ? Dès la semaine prochaine, le président de la République fera connaître sa décision, selon des responsables socialistes.

La réflexion du chef de l’Etat aurait même largement avancé, croit savoir l’un de ses proches et François Hollande a donné tous les signes de sa candidature, décryptent plusieurs ministres.

De plus, les derniers chiffres du chômage sont bons : le nombre de chômeurs inscrits à Pôle emploi a baissé en octobre pour le deuxième mois consécutif, de 11.700, et depuis le début de l'année de plus de 100.000. François Hollande a fait de cette baisse une condition à son éventuelle candidature.

En petit comité, le premier ministre Manuel Valls prévient, une candidature du président de la République pourrait provoquer la colère ou l’apathie.

Guerre froide

Manuel Valls a lui son propre calendrier. Il l'a assuré à ses amis : une nouvelle période s’ouvrira après la décision de François Hollande. Hollande candidat et tout le monde derrière lui ? A Matignon on ne croit pas à cette hypothèse.

Si le président pense qu’une fois qu’il sera candidat, Manuel Valls se rangera tranquillement derrière lui, fera campagne et ira coller des affiches c’est "non". Manuel Valls n’a pas fait une croix définitive sur 2017. Menace ou projet ? "Je n’ai pour ma part renoncé à rien", a-t-il lâché à ses proches tout récemment.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.