Le haut-fonctionnaire, qui remplace Édouard Philippe à Matignon, aura la tâche de former un nouveau gouvernement. Portrait.

Jean Castex, le "monsieur déconfinement" du gouvernement, nouveau Premier ministre.
Jean Castex, le "monsieur déconfinement" du gouvernement, nouveau Premier ministre. © AFP / GONZALO FUENTES

Il était jusqu'ici une figure plutôt méconnue du grand public. Jean Castex a été nommé ce vendredi Premier ministre, à la suite de la démission dans la matinée d'Édouard Philippe. Ce sera donc à cet énarque de 55 ans, haut-fonctionnaire, fils et petit-fils d'instituteurs, qu'incombera la tâche former un nouveau gouvernement.

Jean Castex, "haut fonctionnaire complet et polyvalent qui aura à cœur de réformer l'Etat et de conduire un dialogue apaisé avec les territoires", explique l'Élysée.

Jean Castex, souvent qualifié dernièrement de "monsieur déconfinement" du gouvernement : il avait en effet été chargé début avril dernier de coordonner le déconfinement des Français après la crise du Covid-19. Il avait alors dirigé une équipe d'une dizaine de personnes : médecins, économistes et spécialistes de la logistique.

"Un haut fonctionnaire qui connaît parfaitement le monde de la santé et qui est redoutable d'efficacité", avait résumé Edouard Philippe lors de sa nomination comme coordinateur de la stratégie nationale de déconfinement.

Ancien conseiller sous Nicolas Sarkozy

Le maire LR de Prades, sous préfecture des Pyrénées-Orientales (ville où il a par ailleurs été réélu dès le premier tour lors des municipales avec 76% des voix), a fait ses premiers pas politiques à l'UMP. Directeur de l'hospitalisation au ministère des Solidarités en 2005-2006, il devient ensuite directeur de cabinet de Xavier Bertrand à deux reprises, au ministère de la Santé puis au ministère du Travail.

Un ancien du cabinet de Xavier Bertrand ne tarit d'ailleurs pas d'éloges à son sujet : "II a une bonhomie et une sympathie incroyable, une empathie et humilité naturelles. Il travaille à la vitesse de la lumière en gardant un calme à tout épreuve."

Jean Castex a aussi été conseiller aux affaires sociales au sein du cabinet de Nicolas Sarkozy, puis nommé secrétaire adjoint de l'Élysée jusqu'à la fin du mandat de l'ancien président, entre 2011 et 2012. Un homme résolument à droite donc, qui a soutenu François Fillon en 2016 lors de la primaire pour la présidentielle.

Jean Castex est passé également par l'Agence nationale du sport, dont il avait été nommé président l'an dernier. Il y était chargé de développer le sport de haut niveau, en vue des Jeux olympiques de 2024 à Paris.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.