[scald=221429:sdl_editor_representation]PARIS (Reuters) - Le Parti socialiste n'est pas à la hauteur du combat pour donner du sens face à la déception des Français et François Hollande parle trop, estime le député PS Jean-Christophe Cambadélis.

Ancien rival d'Harlem Désir pour la direction du parti, l'élu a regretté également sur Canal+ les "couacs à répétition" des ministres, qui "ne permettent pas de voir où nous allons".

"Je trouve que le Parti socialiste, la communauté socialiste n'est pas à la hauteur du combat à engager pour donner du sens. La bataille du sens est nécessaire aujourd'hui à mener par les socialistes, sinon personne d'autre ne la mènera", a-t-il dit.

Se défendant de personnaliser en visant le Premier secrétaire, Jean-Christophe Cambadélis estime que l'ensemble des parlementaires devraient engager une campagne sur le terrain.

Selon lui, François Hollande est, lui, "à la hauteur" mais ne peut pas "être tous les jours sur les plateaux" pour "se substituer aux dirigeants socialistes".

"Il parle sans relâche, parfois on peut dire qu'il parle trop. Dès qu'il est en sortie, on lui tend le micro et il répond", dit-il.

Prié de dire si François Hollande doit renoncer aux "petites blagues", le député répond : "C'est son mode de liaison avec les Français pour dire: je suis toujours en relation avec vous".

Dans Le Figaro, la semaine dernière, Jean-Christophe Cambadélis avait dénoncé ouvertement la "cacophonie" au sein de l'exécutif et estimé qu'il y avait un "sérieux besoin de recadrage".

Gérard Bon, édité par Yves Clarisse

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.