[scald=17175:sdl_editor_representation]PARIS (Reuters) - Jean-Louis Borloo se prononcera "entre l'été et l'automne" sur son éventuelle candidature à l'élection présidentielle de 2012 en France.

Le président du Parti radical, qui inaugurait dimanche la nouvelle confédération des centres, baptisée Alliance républicaine, écologiste et sociale (Ares), en caresse cependant l'idée et n'en fait pas mystère.

C'est ainsi aux accents de "L'envie", chanson de Johnny Hallyday dans laquelle le chanteur confesse son "envie d'avoir envie", que l'ancien ministre de l'Ecologie de Nicolas Sarkozy est monté sur l'estrade à Epinay, près de Paris, pour célébrer le baptême de l'Ares.

Il s'est ensuite lancé dans un discours enflammé aux allures de programme, se situant entre UMP et PS et vantant son action au sein du gouvernement.

"L'Alliance est là pour des décennies", a-t-il dit. "Elle présentera des candidats à toutes les échéances, et donc à l'échéance présidentielle."

L'identité de ce candidat sera dévoilée "entre l'été et l'automne", a-t-il ajouté.

Réunissant le Nouveau Centre (NC) d'Hervé Morin, le Parti radical de Jean-Louis Borloo, la Gauche moderne de Jean-Marie Bockel et la Convention démocrate d'Hervé de Charette, l'Ares fera ses premiers pas avec la présentation de candidats communs aux sénatoriales de l'automne. Elle aura tenu auparavant le 10 septembre son université d'été.

MORIN TENTÉ LUI AUSSI

Une éventuelle candidature de Jean-Louis Borloo inquiète l'Elysée car elle risquerait d'affaiblir le score de Nicolas Sarkozy au premier tour. Au point, selon certaines enquêtes, de menacer le président sortant d'une élimination au profit de la candidate d'extrême droite Marine Le Pen.

Dans une interview accordée au Journal du dimanche, Jean-Louis Borloo affirme "se préparer" à une candidature mais promet d'être "responsable" si le Front national devenait trop menaçant.

Jean-Louis Borloo n'est pas le seul dirigeant de l'Ares à être tenté par l'aventure présidentielle.

Hervé Morin, lui aussi, se verrait bien tenter sa chance. Il a cependant assuré dimanche que la confédération des centres ne présenterait qu'un seul candidat.

"Je n'ai jamais fait mystère de ma volonté de proposer un projet politique aux Français", a dit le président du Nouveau Centre lors du lancement de l'Ares à Epinay.

"Nous serons intelligents, nous ne serons pas candidats tous les deux mais le choix se fera à l'automne et pas avant", a-t-il ajouté.

L'objectif de l'Ares est de "gagner l'élection présidentielle" ou, à défaut, de peser sur le second tour en proposant "un contrat de gouvernement", a encore dit Hervé Morin.

Patrick Vignal

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.