Le leader et fondateur de la France Insoumise sera le grand absent de l’université d’été du mouvement, qui se déroule du 22 au 25 août à Toulouse. Jean-Luc Mélenchon est au Mexique et se rendra début septembre au Brésil pour rencontrer l’ex-dirigeant Lula dans sa prison.

Jean-Luc mélenchon, actuellement au Mexique -on le voit ici au poste frontalier d'El Chaparral - va ensuite se rendre au Brésil pour rencontrer l'ex Président Lula
Jean-Luc mélenchon, actuellement au Mexique -on le voit ici au poste frontalier d'El Chaparral - va ensuite se rendre au Brésil pour rencontrer l'ex Président Lula © AFP / Eduardo JARAMILLO CASTRO

Jean-Luc Mélenchon "sera là à la rentrée parlementaire, au premier rang, comme toujours", abonde Alexis Corbière, autre proche soutien du leader de la France Insoumise. Pour lui, cette initiative est "la démonstration de la personnalité internationale" de Jean-Luc Mélenchon qui, plus tôt cet été, a également rencontré le nouveau président mexicain, Andrés Manuel López Obrador, dont il revendique la proximité idéologique.La rentrée politique de Jean-Luc Mélenchon attendra. Le chef de file des Insoumis annule son intervention prévue ce vendredi à Toulouse dans le cadre de l’université d’été du mouvement. L’ex-candidat à la présidentielle l’annonce sur sa page Facebook, il ne pourra être présent car le 5 septembre il sera au Brésil pour rendre visite à l’ex-président Lula, emprisonné, selon lui, de façon arbitraire à Curitiba. 

"C’est pour moi un devoir politique et personnel d’aller lui dire de vive voix notre soutien", explique Jean-Luc Mélenchon, actuellement au Mexique et qui juge "peu raisonnable" de faire l’aller-retour entre les deux continents en si peu de temps. 

Une absence avant un passage de relais ? 

L’absence de Jean-Luc Mélenchon à Toulouse, pressentie depuis plusieurs semaines, alimente en tout cas la thèse d’une prise de distance et d’un éventuel passage de relais à la tête de la formation, affaiblie par son faible score aux élections européennes (6,31 %). 

Le député Insoumis Eric Coquerel conteste cette analyse : "Quoi que fasse Jean-Luc Mélenchon, nos adversaires ont toujours quelque chose à dire : s’il est là, il est trop là, s’il n’est pas là, c’est qu’il se met en retrait. Je crois qu’il ne faut pas voir le fait qu’il reste en Amérique Latine comme un retrait. C’est encore un mauvais procès qui nous est fait" proteste le député de Seine-Saint-Denis.

Jean-Luc Mélenchon "sera là à la rentrée parlementaire, au premier rang, comme toujours", abonde Alexis Corbière, autre proche soutien du leader de la France Insoumise. Pour lui, cette initiative est "la démonstration de la personnalité internationale" de Jean-Luc Mélenchon qui, plus tôt cet été, a également rencontré le nouveau président mexicain, Andrés Manuel López Obrador, dont il revendique la proximité idéologique.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.