Les amphis d'été de la France Insoumise se clôturent ce dimanche après-midi à Marseille. En parallèle des débats avec les députés FI mais aussi des élus de droite, des écologistes et d'autres partis de gauche, le parti organisait des stages de militantisme, ou comment faire de la politique sans tracts.

130 ateliers et débats étaient organisés à Marseille pour les Amphis d'été 2018 de la France Insoumise
130 ateliers et débats étaient organisés à Marseille pour les Amphis d'été 2018 de la France Insoumise © AFP / Theo Giacometti / Hans Lucas

130 ateliers et conférences à Marseille pour les amphis d’été de La France Insoumise qui va se clore cet après midi. Des débats avec les députés de la France Insoumise, des élus de droite aussi, des écologistes et des autres partis de gauche mais aussi des stages de militantisme.

C’est le cas des ateliers "Militer sans tracts" organisés par des animateurs de l’Éducation populaire, qui répondent à l'appel de Jean-Luc Mélenchon de "s'auto-organiser". A cette fin, le chef de file des Insoumis invite ses militants à participer, le 15 septembre prochain, Journée mondiale des déchets, à un grand déblayage partout en France.

Mais revenons aux ateliers. Cela ressemble à du stand up, on appelle cela une conférence gesticulée. 

Beranger en conférence gesticulée aux AMFis 2018
Beranger en conférence gesticulée aux AMFis 2018 © Radio France / Laurence Peuron

Le comédien, sur scène, raconte sa vie d’ancien chasseur de tête devenu prof au grand dam de sa famille bourgeoise. Béranger, c’est son nom, enchaîne avec des tours de magie et Harry Potter pour expliquer le libéralisme, le keynésianisme, le marxisme et convaincre sur la décroissance. 

Julian Augé qui est à l’origine de ces ateliers militer sans tracts utilise les méthodes de l’Éducation populaire. Là, son objectif, c'est apprendre à "déclencher l'orage" en interpellant les électeurs sur les retraites, par exemple, en discutant et argumentant plutôt qu'en allant à la rencontre des passants avec "le discours parfait". 

1 min

Le reportage de Laurence Peuron à Marseille

Par Laurence Peuron
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.