Depuis son départ du Parti socialiste, le candidat à la présidentielle a toujours choisi avec soin les circonscriptions où il s'est présenté, avec des objectifs précis en tête.

Jean-Luc Mélenchon avait fait un discours très remarqué devant la foule de Marseille le 9 avril 2017
Jean-Luc Mélenchon avait fait un discours très remarqué devant la foule de Marseille le 9 avril 2017 © Reuters / Jean-Paul Pelissier

Le leader de la France insoumise l'a affirmé mercredi matin : il sera de la bataille des élections législatives, et devrait se présenter à Marseille, sur les conseils de ses proches qui lui auraient conseiller de miser sur "la courte liste, deux ou trois villes en France et en particulier la ville de Marseille". Pourquoi cette ville ? Tout simplement parce que c'est la plus grande à l'avoir porté en tête au premier tour de la présidentielle, avec 24,82 % des suffrages exprimés.

Dans une lettre à ses militants, il précise même qu'il compte se présenter dans la quatrième circonscription, face au député socialiste sortant, Patrick Menucci. Celle où le combat pourrait être le plus âpre certes, mais peut-être aussi le moins risqué : c'est en effet dans cette circonscription que Jean-Luc Mélenchon a fait son meilleur score à Marseille lors de la présidentielle.

D'ailleurs, ce n'est pas la première fois que le candidat malheureux à la présidentielle fait un choix de circonscription explicitement stratégique, sans faire de l'implantation locale un élément primordial, quitte à être accusé de "parachutage électoral". Ce fut le cas pour obtenir un poste de député européen en 2009 à Toulouse (pour contrer les effets pervers d'un "découpage bidon des circonscriptions") ou pour s'opposer symboliquement à Marine Le Pen à Hénin-Beaumont (dans "une bataille homérique avec une symbolique extrêmement forte" qui s'est conclue par l'élection du candidat socialiste).

Carte des candidatures de Jean-Luc Mélenchon

Jean-Luc Mélenchon sait toutefois que l'élection marseillaise n'est pas gagnée d'avance. Dans la même lettre, il précise qu'il aura "besoin pour mener ce combat de l'appui de tous et de toutes dans toute la ville. [...] Cette bataille prendra une forme particulière compte tenu de ma présence en tant que si récent candidat à la présidentielle". Un appui qui avait déjà pleinement fonctionné pendant la campagne précédente : Marseille avait été le théâtre de l'un des meetings les plus réussis de la France Insoumise.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.